/finance/homepage

Saguenay—Lac-Saint-Jean: des économies depuis la création du CIUSSS

Agence QMI

La fusion des établissements de santé qui a mené à la création du Centre intégré universitaire de santé et de services sociaux (CIUSSS) du Saguenay—Lac-Saint-Jean il y a un an a permis de faire des économies.

Depuis un an, la formation du CIUSSS a permis de récupérer près de 17 millions $.

Lors de la mise sur pied du CIUSSS en avril dernier, 381 gestionnaires étaient à l'emploi du réseau de la santé dans la région. Aujourd'hui, ils sont 307, une diminution de 74 cadres.

«On dépasse le million en économies à ce chapitre», a dit mercredi la présidente-directrice générale, Martine Couture.

Par différents moyens, le CIUSSS a été en mesure de rencontrer les cibles de réduction imposées par Québec, établies à 17 millions $. L'établissement atteindra aussi l'équilibre budgétaire à la fin de l'année financière.

La meilleure gestion des médicaments a permis d'économiser un demi-million, en faisant davantage appel aux médicaments génériques. La standardisation des fournitures médicales en chirurgie a aussi occasionné des économies de 460 000 $.

Davantage d'achats regroupés ont par ailleurs été effectués, pour une réduction supplémentaire des dépenses de 500 000 $. «Le volet organisation est en place. C'est pas facile de faire une telle transformation, mais ça fait partie des difficultés. On travaille à réduire l'impact de ces difficultés», a souligné Martine Couture.

Québec se dirige maintenant vers un nouveau mode de financement pour les hôpitaux, basé sur le coût des interventions par patient. «Cette méthode, nous la connaissons au Saguenay—Lac-Saint-Jean. Depuis 2008, nous travaillons justement à la mesure de nos coûts», a ajouté Mme Couture.

Mais une priorité demeure: pas question de toucher aux services de proximité. Comme l'obstétrique, par exemple, toujours présente dans les trois hôpitaux du Lac-Saint-Jean.

«Les services de proximité sont et seront maintenus dans les établissements», a affirmé Mme Couture.

Il y a aussi de moins en moins de patients sans médecin de famille au Saguenay-Lac-Saint-Jean : ils sont moins de 20 % de la clientèle dans cette situation. Et recruter des médecins n'est plus aussi difficile.

«Pour la médecine de famille, chaque année on comble les postes. Et il arrive des années où on a plus de candidats que de postes disponibles. La région est très attractive», a-t-elle conclu.