/regional/saguenay

Dernier adieu au policier Thierry Leroux

Les funérailles civiques de Thierry Leroux se sont déroulées vendredi après-midi à Saguenay sous très haute surveillance à la cathédrale de Chicoutimi, remplie à sa capacité maximale pour l’occasion.

Sans aucun doute, la Ville de Saguenay aura rarement été témoin d’un événement d’une telle ampleur. En tout, pas moins de 800 policiers provenant d’aussi loin que de New York se sont déplacés pour livrer un dernier hommage au jeune agent mort le 13 février dernier.

Par un temps froid accompagné de forts vents, une haie d’honneur protocolaire a été formée dans les marches menant au parvis de la cathédrale pour accompagner le jeune homme - surnommé «Pincettes» par ses proches - vers son ultime repos.

Rues bloquées

Les préparatifs entourant la tenue de la cérémonie officielle ont causé quelques maux de tête aux piétons et automobilistes, qui n’ont pu circuler sur le quadrilatère Racine/du Séminaire/Bégin/Hôtel-Dieu. Des policiers de la Sureté du Québec et de la Sécurité publique de Saguenay ont bloqué l’accès à ces rues dès 8 h.

Des travailleurs se sont activés tout au long de la nuit de jeudi à vendredi pour s’assurer que la cérémonie se déroule sans anicroche.

Des caméras ont même été installées autour de la Cathédrale dans les derniers jours. L’accès à la zone portuaire, où les centaines de policiers venant de l’extérieur ont pu se garer, a aussi été fermé pour toute la journée.

Plusieurs invités de marque

En plus des membres de corps policiers - certains venant d’aussi loin que la Colombie-Britannique - plusieurs invités de marque ont aussi tenu à être présents pour témoigner leur soutien à la famille Leroux.

Le premier ministre Philippe Couillard et le ministre de la Sécurité publique Martin Coiteux ont fait le voyage, tout comme le lieutenant-gouverneur du Québec, Michel Doyon.

Des rumeurs couraient au cours des derniers jours concernant la présence du premier ministre Justin Trudeau, mais c’est finalement le député de Chicoutimi-Le Fjord Denis Lemieux qui a assuré la représentation du gouvernement canadien sur place. Le député de Dubuc Serge Simard était aussi sur place.

Rappelons que Thierry Leroux, un policier de 26 ans qui a fait ses études à Alma, a été abattu il y a deux semaines à Lac-Simon, en Abitibi-Témiscamingue. Lors d’une intervention dans la réserve autochtone, le présumé meurtrier Anthony Raymond Papatie a fait feu sur l’agent avant de retourner son arme contre lui.

Dans la même catégorie