/news/politics

Uber pourrait stopper ses activités à Edmonton

Agence QMI

Perry Mah/Edmonton Sun/QMI Agen

Le gouvernement albertain a annoncé lundi qu’il n’approuvait pas le plan d’assurances proposé par Uber, du moins pas avant juillet, ce qui pourrait signifier que dès mardi, l’application de covoiturage sera hors service à Edmonton.

Cette annonce du gouvernement arrive alors qu’un règlement administratif d’Edmonton stipulant qu’Uber doive satisfaire la loi provinciale sur le plan des assurances doit entrer en vigueur mardi.

Le gouvernement albertain exige notamment que les chauffeurs d’Uber aient un permis de classe 4 ou un permis commercial comme les chauffeurs de taxi, a rapporté le «Metro News d’Edmonton». Des policiers seront à l’œuvre pour faire les vérifications auprès des conducteurs.

Le ministre des Transports Brian Mason a expliqué en conférence de presse que le plan proposé d’Uber, créé par l’assureur Intact, sera probablement approuvé par la province, mais pas avant juillet.

«Les consommateurs qui paient pour être transportés doivent avoir l’assurance qu’ils sont en sécurité», a dit M. Mason.

L’entreprise Uber a indiqué au journal local qu’elle espérait que le maire de la capitale albertaine reporte l’entrée en vigueur de son règlement.

«Le règlement sera effectif demain, et rien ne pourra changer cette décision», a déclaré le maire d'Edmonton, Don Iveson, lundi au «Metro News».

Uber n’a pas voulu dire si ses chauffeurs allaient être en service mardi.

Dans la même catégorie