/news/world

Le «super mardi» en six questions

TVA Nouvelles avec AFP et CNN

Des centaines de milliers d’Américains vont se présenter aux urnes aujourd’hui pour participer aux primaires démocrates et républicaines lors du «super mardi».

L’équipe de tvanouvelles.ca vous explique le «super mardi», en six questions.

Qui vote?

Les citoyens d'une douzaine d'États vont exercer leur droit de vote: l’Alabama, l’Alaska (caucus républicains), l’Arkansas, le Colorado (caucus démocrates), la Géorgie, le Massachusetts, le Minnesota, l’Oklahoma, le Tennessee, le Texas, le Vermont, la Virginie et les Samoa américaines, un archipel du Pacifique (caucus démocrates).

Le Texas a le plus grand nombre de délégués en jeu (222 côté démocrate, 155 côté républicain), tandis que l'Alaska et le Vermont en ont le moins.

Outre le Texas, les morceaux de choix en termes de délégués sont notamment la Géorgie, le Massachusetts, le Minnesota et le Tennessee.

C'est donc environ près d'un quart des délégués qui seront désignés, d'où l'importance de cette journée de vote.

Trump dominera-t-il?

Le milliardaire Donald Trump espère ressortir de ce vote comme l'irrépressible favori devant ses quatre concurrents républicains.

Trump s’attend à gagner le Massachusetts, le Tennessee et l’Alabama, mais il pourrait remporter tous les États lors du «super mardi».

Donald Trump, qui a remporté trois des quatre premières consultations, est la cible d'attaques tous azimuts depuis une semaine.

Dans les dernières 48 heures, il s'est vu reprocher d'avoir refusé de condamner le Ku Klux Klan, d'avoir retweeté une citation de Benito Mussolini, de forcer sur le faux bronzage ou d'être lié à la mafia du bâtiment.

 

Le jour le plus important pour Cruz?

Bien qu’il ait remporté l’Iowa, Ted Cruz ne s’en cache pas, le «super mardi» est la journée la plus importante lui dans toute la campagne présidentielle américaine.

Le candidat ultraconservateur mise désormais sa survie sur une victoire dans son propre État du Texas, le gros lot du «super mardi» pour son nombre de délégués.

S’il perd le Texas, Cruz quatre États pourraient sourire au candidat: l’Oklahoma, l’Arkansas, l’Alaska et la Géorgie.

Rubio peut-il gagner?

Le sénateur de Floride Marco Rubio a terminé en seconde place lors de la primaire de Caroline du Sud puis il a vivement attaqué Donald Trump lors du dernier débat républicain jeudi dernier.

Maintenant, il doit gagner pour demeurer dans la campagne.

Contrairement à Cruz, qui espère triompher dans son propre État, la Floride ne va pas aux urnes lors du «super mardi» et ne votera que le 15 mars.

Selon CNN, Rubio espère être de taille contre Trump en Géorgie. S’il ne remporte aucun État, le sénateur de la Floride ne se retirera toutefois pas de la course.

Encore une victoire pour Clinton?

Pour Hillary Clinton, l'enjeu est de regagner le statut de candidate démocrate inévitable qu'elle détenait avant l'ascension de Bernie Sanders.

L'ex-secrétaire d'État pourrait augmenter significativement son avance, bien que son équipe assure aux journalistes s'attendre à des secondes places.

Les démocrates noirs ont voté Hillary Clinton à 86% en Caroline du Sud. Si ceux de Géorgie et d'Alabama votent pour elle dans les mêmes proportions, elle devrait l'emporter facilement.

Condamnant le vitriol des débats républicains, elle a promis à ses partisans lundi, près de Washington, de «démontrer à partir du super mardi que les Américains ont un autre choix».

Sanders peut-il remonter la pente?

Si Bernie Sanders a remporté le New Hampshire, le sénateur du Vermont a reconnu avoir été «tué» en Caroline du Sud, où 86% des Noirs ont voté pour l'épouse de Bill Clinton.

Sa stratégie dépend donc des États où les minorités sont moins représentées: le Massachusetts, le Minnesota, l’Oklahoma, le Colorado, et bien sûr son propre État du Vermont.

Mais sa campagne a quoi qu'il arrive les moyens financiers de poursuivre la course pendant plusieurs mois. Le sénateur du Vermont a récolté 40 millions de dollars en dons seulement en février.

Dans la même catégorie