/finance/finance

Personne n’est à l’abri d’une arnaque

Parce que beaucoup de Canadiens se font voler d’importantes sommes d’argent ou leur identité, toutes les forces de l’ordre du pays, dont la GRC, la Sûreté du Québec et le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), s’engageront dans le Mois de la prévention de la fraude, qui se tient jusqu’à la fin mars.

En collaboration avec le Centre antifraude du Canada (CAFC) et la Banque du Canada, les policiers profiteront des quatre prochaines semaines pour sensibiliser la population, notamment par l’entremise des réseaux sociaux, un terrain de prédilection pour les fraudeurs qui y ont étendu leurs opérations ces dernières années.

Durant tout le mois, il sera ainsi question de contrefaçon de billets de banque, de fraude de «grands-parents» (des personnes qui se font passer pour un membre de la famille afin de leur soutirer de l’argent), de vol d’identité et de fraude par internet.

«Nous recevons des centaines d'appels tous les jours de Canadiens qui craignent d’avoir été victimes de fraudes, et certains ont même perdu de l'argent», a dit le sergent Al Boulianne, officier responsable du CAFC.

«La plupart des gens pensent être à l'abri de ces arnaques, mais les fraudeurs recourent à des moyens toujours plus raffinés pour cibler des citoyens de tous les âges, a-t-il poursuivi. Les effets sur les particuliers, les familles et les entreprises sont désastreux : certaines victimes y ont perdu leurs épargnes retraite, leur résidence, leur commerce, voire la vie dans certains cas.»

Campagne «Je garde ça pour moi»

Conjuguant leurs efforts pour la première fois à l’occasion du Mois de prévention de la fraude, le Mouvement Desjardins, la Banque Nationale et la Banque Laurentienne ont lancé la campagne «Je garde ça pour moi», invitant ainsi les citoyens à être vigilants avec leurs renseignements personnels et bancaires en ligne.

Les trois institutions financières québécoises qui veulent prévenir la fraude ont révélé que l’identité d’un individu vaut 10 fois plus cher sur le marché noir qu’un numéro de carte de crédit.

Elles ont aussi rappelé que les conséquences pour les victimes sont lourdes, tant sur le plan financier que psychologique.

«Nos renseignements personnels sont extrêmement précieux et prisés des fraudeurs. Date de naissance, nom de notre mère, de notre école primaire, toutes ces données peuvent servir à commettre un vol d’identité. Il ne s’agit pas de tomber dans la paranoïa, mais de bien comprendre ce à quoi on s’expose afin de réduire les risques», a déclaré Benoit Dupont, directeur scientifique du Réseau intégré sur la cybersécurité et porte-parole de la campagne.

La campagne, qui dispose d’un portail internet (jegardecapourmoi.com), propose de l’information pour outiller les particuliers contre la fraude, des jeux, une vidéo et de nombreux conseils pratiques.

Quelques conseils

Dans un communiqué conjoint, la SQ, la GRC, le SPVM et le Service de police de l’agglomération de Longueuil y vont de quelques conseils simples, mais efficaces, pour faire échec aux fraudeurs.

En voici quelques-uns : résistez à la pression et à l’envie d’agir rapidement; ne donnez pas de renseignements personnels à votre interlocuteur si vous n’êtes pas en mesure de l’identifier; n’envoyez jamais d'argent à quelqu'un que vous ne connaissez pas et ne fournissez jamais votre numéro de carte de crédit à moins d’avoir validé l’identité de la personne ou de l’organisme avec lesquels vous transigez ; les policiers ne communiquent jamais avec des citoyens pour obtenir le versement d’une caution et n’ont jamais recours à un service de virement d’argent.

En cas de doute et avant d’envoyer toute somme d’argent, communiquez avec votre service de police local.

La contrefaçon au Québec

Même si la conception des billets de banque est de plus en plus sophistiquée, la contrefaçon existe toujours.

Des données de 2015 de la Banque du Canada révèlent que le tiers des billets canadiens contrefaits ont été écoulés au Québec, qui est la deuxième province de prédilection pour les faussaires. Plus de 5 400 faux billets auraient circulé dans la Belle Province.

 

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.