/news/politics

Anticosti est-elle vraiment un «joyau écologique»?

Michel Morin | TVA Nouvelles

L’île d’Anticosti ne serait ni « le joyau écologique » mis de l’avant par un groupe d’écologistes, ni le «milieu naturel intact» évoqué à l’Assemblée nationale par le premier ministre Couillard pour justifier le retrait éventuel de son gouvernement de l’exploitation pétrolière de l’île. 

«Il n’est pas exact de dire qu’Anticosti est un milieu naturel intact» a déclaré à notre Bureau d’enquête Steeve Coté de la Chaire de recherche industrielle CRSNG en aménagement intégré des ressources de l’île d’Anticosti de l’Université Laval.

«L’écosystème forestier est fortement transformé suite à la pression de broutement chronique par le cerf de Virginie introduit sur l’île il y a 120 ans», précise-t-il.

«Je me définis moi-même comme écologiste», déclare de son côté André Desrochers du Centre d’étude de la forêt de la Faculté de foresterie de Laval. «Quant au «joyau», oui l’île d’Anticosti est magnifique, comme bien d’autres endroits le sont. Quand on parle de joyau on fait de la politique pas de la science».

Les écologistes n’en voulaient pas

Il y a dix ans, quatre groupes écologistes étaient montés aux barricades pour s’opposer à la volonté du gouvernement Charest de faire de l’île de 220 kilomètres une aire protégée au sens de la loi.

Parmi ceux-ci on retrouve Harvey Mead, président et fondateur de Nature Québec. «L’île d’Anticosti est une île perturbée en terme de ses écosystèmes d’origine. Donc il ne répond pas à des critères bien ordinaires pour commencer à en faire une aire protégée», explique-t-il.

Selon lui, Philippe Couillard « a été mal conseillé » lorsqu’il a déclaré à l’Assemblée nationale que l’île était un milieu intact.

Il se souvient qu’en septembre 2003, pas moins de quatre groupes de conservation avaient publié un communiqué demandant «à nouveau le retrait de l’île d’Anticosti de la liste des aires protégées du Québec».

Il s’agissait du Fonds mondial pour la nature (WWF-Canada), du Réseau Québécois des groupes écologistes (RQGE), de la Société pour la nature et les parcs du Canada (SNAP) et de l’Union québécoise pour la conservation de la nature (UQCN), qui voulaient  que soient comptabilisés dans le registre des aires protégées, que les réserves écologiques de la point Health et du Grand Lac Salé, de même que le parc national Anticosti.

L’inclusion de ces aires de confinement du cerf de Virginie et du caribou, soit plus de 33 000 km2 aurait engendré, selon le communiqué émis à l’époque,  une «distorsion importante» en faisant bondir d’un seul coup de 2,9% à 5,3% la superficie protégée du Québec, dans l’attente d’un objectif de 8% que s’était fixé le gouvernement Charest.

Les signataires du «joyau écologique»

Sauf Jean-Patrick Toussaint de la Fondation Suzuki, aucun des autres groupes écologiques comme Greenpeace, Fondation Rivières, Équiterre ou Nature Québec n’ont apposé leur signature à la lettre publiée dans un quotidien montréalais qui présentait l’île d’Anticosti comme un «joyau écologique».

Un des vingt-quatre signataires de la lettre publiée dans un quotidien montréalais a même confié confidentiellement à notre Bureau d’enquête, qu’il ne connaissait pas l’île d’Anticosti, qu’il n’y était jamais allé comme chercheur, mais qu’«il était simplement opposé à la fracturation hydraulique.»

Pour André Desrochers de l’Université Laval «il faudra que les indignés se trouvent une autre raison que celle de l’intégrité écologique de l’île pour mettre des bâtons dans les roues du projet de l’exploitation pétrolière.»

 

 

Dans la même catégorie