/finance/homepage

Pour les femmes, liberté économique et qualité de vie vont de pair

Ce sont dans les pays les plus libres économiquement que les femmes ont davantage accès aux soins de santé, à l’éducation et au monde du travail, mais leur liberté sur papier ne se reflète pas toujours dans les mœurs.

L’Institut économique de Montréal (IEDM) a publié, en prévision de la Journée internationale de la femme (le 8 mars), une étude intitulée La liberté économique et le bien-être des femmes dans le monde.

«De nombreuses études démontrent que la prospérité améliore la qualité de vie des femmes et que celles-ci profitent des bénéfices qu’entraîne la liberté économique», a indiqué Marie-Josée Loiselle, économiste associée à l'IEDM et coauteure de cette analyse.

«Le constat est sans appel», a ajouté la coauteure Pascale Déry, conseillère principale en communication et développement à l'IEDM. «Les femmes vivant dans l’un des 25 pays avec le moins de liberté économique ont 33 % moins de chances de savoir lire et écrire lorsqu’elles atteignent l’âge adulte, comparées aux femmes vivant dans l’un des 25 pays les plus libres.»

Données croisées

Les chercheurs ont utilisé et ajusté plusieurs données tirées de rapports de l’Economic Freedom of the World, de l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), de l’Institut Fraser et du World Values Survey.

Leur conclusion : la liberté légale, sur papier, ne se reflète pas toujours dans les mœurs, d’où la nécessité de faire deux palmarès distincts. «Il peut y avoir un fossé entre les valeurs économiques et sociales», a indiqué Pascale Déry.

Les pays les plus libres ne sont donc pas nécessairement des champions sur le plan des valeurs. Même si la loi accorde des droits aux femmes, les normes sociales peuvent par exemple les empêcher d'avoir une propriété privée à leur nom, de posséder un commerce ou d'échanger librement.

Le meilleur exemple est le territoire de Hong Kong, en Chine. Celui-ci figure en tête des classements de liberté économique, mais il chute au 14e rang dans le classement de la liberté économique des femmes lorsqu’on tient compte de la culture. Le Japon passe quant à lui de la 15e place dans le classement au regard de la loi à la 44e place dans le classement basé sur la culture.

Le Canada est, pour sa part, l’un des pays où les femmes jouissent de la plus grande liberté économique, autant au regard de la loi (3e au classement) que de la culture (4e).

«Non seulement la liberté économique rend toutes les couches de la société plus riches, mais elle accompagne aussi presque tous les objectifs humanitaires qui ne sont pas à proprement parler économiques», a conclu Pascale Déry.

Les pays où les femmes ont la plus grande liberté économique

Classement au regard de la loi

Hong Kong

Nouvelle-Zélande

Canada

Maurice

Australie

Suisse

Irlande

Royaume-Uni

Finlande

États-Unis

Classement au regard de la culture

Norvège

Suède

Nouvelle-Zélande

Canada

Suisse

Finlande

Pays-Bas

Australie

États-Unis

France

Le travail et l'accès à la vie publique

La liberté des femmes passe-t-elle par le travail ? L’accès à la vie publique demeure un bon indicateur de la place qu’elles occupent dans la société. Ainsi, les femmes africaines sont sans doute parmi les plus pauvres de la planète, mais elles sont très actives dans leur société.

À l’opposé, les femmes arabes, dont les Afghanes et les Iraniennes, sont très peu présentes dans l’espace public, comme en fait foi le faible pourcentage de leur taux d’emploi. La guerre ne peut tout expliquer, puisque le deuxième «pire» pays, l’Algérie, vit dans une paix relative.

Par ailleurs, les pourcentages d’hommes au travail dans ces mêmes pays en guerre sont très élevés : Afghanistan (79 %), Syrie (73 %), Irak (70 %) ou Gaza/Cisjordanie (67 %).

Pourcentage des femmes âgées de 15 ans et plus qui participent à la vie active (2014)

Tanzanie : 88 %

Madagascar : 86 %

Rwanda : 86 %

Mozambique : 85 %

Malawi : 85 %

Burundi : 83 %

Afghanistan : 16 %

Cisjordanie et Gaza : 16 %

Jordanie : 16 %

Algérie : 15 %

Irak : 15 %

Syrie : 14 %

(Source : Banque mondiale)

Pourcentage des femmes âgées de 15 à 64 ans au travail dans les pays de l’OCDE (juillet 2013)

Islande : 78,5 %

Norvège : 73,8 %

Suisse : 73,6 %

Suède : 71,8 %

Pays-Bas : 70,4 %

Danemark : 70 %

Canada : 69,2 %

Moyenne de l’OCDE : 57,2 %

(Source : OCDE)

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.