/finance/homepage

Target Canada s’entend avec ses locateurs

Carl Renaud | Argent

Target Canada a conclu une entente avec ses locateurs canadiens. L’entreprise va dédommager les propriétaires des locaux qu’elle a abandonnés après s’être protégée de ses créanciers, il y a près de 14 mois.

En quittant le Canada, le détaillant américain avait mis fin à plusieurs de ses contrats de location à long terme. Selon le règlement, les propriétaires qui ont obtenu des garanties de la part de Target Corporation — la société mère de Target Canada — vont recevoir une somme d’argent en échange d’une quittance contractuelle.

L’entente prévoit que les locateurs vont empocher un montant variant entre 66 % et 77 % de la créance. Le montant du règlement n’a pas été divulgué. Mais selon une source du Globe & Mail, Target verserait plus de 30 millions $ à ses locateurs canadiens.

«Nous sommes arrivés à cette entente après des mois de négociations. Nous sommes très heureux d'avoir progressé sur la voie du consensus et sommes d'avis que le plan modifié est dans l'intérêt des parties», a déclaré Aaron Alt, chef de la direction de Target Canada.

Un tribunal ontarien devra donner son aval à l’entente, en vertu de la Loi sur les arrangements avec les créanciers des compagnies (LACC), à la suite d’un vote des créanciers.

Pas tous les magasins

Tous les anciens magasins Target ne font pas partie de cette entente. La chaîne ayant revendu plusieurs baux à d’autres détaillants et à certains propriétaires. Par exemple, Ivanhoé Cambridge — une filiale de la Caisse de dépôt et placement du Québec — et Oxford Properties ont déboursé 138 millions $ pour acquérir les baux de 11 succursales, en mars 2015.

La transaction comprenait, entre autres, les magasins Target du Laurier et des Galeries de la Capitale, à Québec, du Square One Shopping Centre de Mississauga, en Ontario, du Oakridge Centre de Vancouver et du Kingsway Mall, à Edmonton.

«Quand un propriétaire rachète un bail, il a un nouveau locataire en vue. Un marchand qui paiera probablement plus cher au pied carré en plus d’attirer un achalandage plus important», a expliqué Jean-François Grenier, un expert en commerce de détail, associé à la firme Altus.

Au Québec, Ivanhoé Cambridge a un projet pour l’ancien Target du Laurier et celui des Galeries de la Capitale hébergera un magasin Simons. Walmart va aménager dans quatre Target et Réno-Dépôt dans deux.

Target a annoncé la fermeture de ses 133 magasins canadiens, en janvier 2015, estimant qu’ils ne seraient pas rentables avant plusieurs années.

L’action du détaillant grimpait de près de 2 %, à 81,26 dollars US, peu avant 15h, vendredi en Bourse.

Dans la même catégorie