/finance/homepage

Des actionnaires privilégiés de RONA en colère

Argent

CHANTAL POIRIER/LE JOURNAL DE MONTRÉAL/AGENCE QMI

La transaction qui fait passer RONA sous le contrôle de l’Américaine Lowe's est fortement critiquée par les détenteurs d'actions privilégiées du quincaillier québécois, dont le siège social est situé à Boucherville, en Montérégie.

Dans une lettre ouverte communiquée publiquement aux médias lundi, le fonds britannique Stirling, basé à Londres, au Royaume-Uni, s'adresse à la direction de RONA.

On fait valoir que la structure de la transaction de 3,2 milliards $ ne reflète pas adéquatement la valeur des actions privilégiées. Selon Stirling, les détenteurs de ces parts recevront 20 $ par action, ce qui représente 20 % de moins que les détenteurs d'actions ordinaires, une iniquité dénoncée par le groupe londonien.

On critique publiquement le conseil d'administration de RONA, qui a une obligation fiduciaire face à la protection des droits et de la valeur de tous ses actionnaires. On affirme aussi que la Caisse de dépôt et placement du Québec a donné son accord à la transaction, tout en étant consciente de ce déséquilibre.

Stirling précise ne pas s'opposer à la transaction ni à l'entrée massive de Lowe's sur le marché canadien. On s'inquiète toutefois de voir des actionnaires être traités de façon discriminatoire dans le cadre de cette transaction d'envergure.

Dans la même catégorie