/news/world

Molenbeek, une cité de non-droit?

Maxime Landry et Félix Séguin | TVA Nouvelles

Qui contrôle véritablement Molenbeek? Certains se demandent si la petite banlieue de Bruxelles n’est pas devenue une zone de non-droit, hors contrôle. Un lieu où la police n’est plus en mesure de faire appliquer la loi.

TVA Nouvelles a rencontré une Québécoise qui demeure à Bruxelles. Il y a quelques mois, alors qu’elle circulait à bord de sa voiture à Molenbeek, elle a été victime d’un «car-jacking».

«C’était un soir de juin, vers 18h. J’étais immobilisée à un feu rouge. Et un individu, d’une vingtaine d’années, d’allure magrébine, a fracassé ma fenêtre avec un poing américain pour voler mon sac à main qui était sur le siège passager», a-t-elle raconté à Maxime Landry et Félix Séguin.

«Cet individu s’est blessé. Il a saigné dans ma voiture. Et quand j’ai voulu agripper mon sac à main, il a présenté un couteau et dit: ''lâche ça, sale conne'' et il s’est enfui en courant», a-t-elle ajouté aux journalistes de TVA Nouvelles.

Tant bien que mal, la Québécoise est parvenue à se rendre au commissariat de police de Molenbeek pour y déposer une plainte.

Le lendemain, un citoyen de Molenbeek l’a appelée. L’homme venait de retrouver son passeport dans un parc de la commune.

La dame s’y est rendue. Sur place, tout près, elle a cru reconnaitre le suspect parmi un groupe. En plus, il portait un bandage à main. La Québécoise a fait le lien avec la blessure que le voleur s’était infligée la veille.

Elle est retournée voir les policiers avec cette nouvelle information. «L’un d’eux se braque un peu et me dit: ''Madame, vous n’avez pas d’instruction à nous donner. Sachez qu’ici, nous on a des instructions de ne pas intervenir dans ces quartiers parce qu’on met notre intégrité physique en danger. Et je ne vais pas faire enquête sur le terrain''», a relaté la Québécoise.

«Il existe à mon avis de véritables zones de non-droit dans certains quartiers de Bruxelles. Mais aujourd’hui, avec une certaine langue de bois, on les appelle des zones sensibles», a confié la femme.

Maxime Landry et Félix Séguin ont obtenu une entrevue avec la police de Molenbeek qui attend les renforts promis par le ministre de l’Intérieur après les attentats de Paris.

C’est dans une voiture banalisée que notre équipe a accompagné les constables qui ont à gérer cette poudrière.

Écoutez l’entrevue réalisée avec Johan Berckmans, porte-parole de la zone de police Bruxelles-Ouest.

Dans la même catégorie