/news/currentevents

«La Meute n'est pas une milice»

TVA Nouvelles

Le fondateur du groupe Facebook «La Meute» se défend de prôner des idées d’extrême droite.

Pour la première fois, cet ancien militaire a accepté de s’expliquer publiquement sur les intentions de son groupe opposé à l’islam radical.

«Notre but ce n’est pas de faire une milice. Non, notre but, c’est de se lever debout», dit Éric «Corvus».

L’homme assure que l’arrivée de réfugiés syriens au pays ne l’a pas guidé dans la création de sa page Facebook qui est passée de 25 à 25 000 membres en moins de quatre mois.

«Ça coïncide, mais... C’est sûr que j’ai eu une influence au niveau des Forces, en ayant été en Afghanistan», indique-t-il.

Celui qui se fait surnommer «Corvus» dit simplement vouloir défendre son peuple.

«Ce n’est pas tous les musulmans qui sont mauvais (sic)», ajoute-t-il.

D’autres membres des Forces canadiennes se trouvent à la tête de «La Meute». Eux aussi refusent l’étiquette d’extrême droite.

«On a une manière de gérer et de s’organiser. Il n’y a absolument rien de militaire dans notre démarche», explique Patrick Beaudry, membre du conseil de «La Meute».

«On n’est pas contre l’immigration. On est contre un afflux massif», ajoute Stéphane Giroux.

Un terrain propice au dérapage

Les «loups» de «La Meute» discutent immigration, radicalisation ou loi sur le discours haineux, ce qui peut représenter un terrain propice au dérapage.

«Quand on voit qu’il n’y a rien à faire avec un certain individu, on l’enlève carrément, on le supprime», fait savoir Éric «Corvus».

Le groupe assure qu’aucun mouvement violent ou armé n’est prévu. «La Meute n'est pas une milice», déclare «Corvus». 

Ses membres indiquent par ailleurs qu’ils n’ont jamais eu de contacts avec les autorités qui se disent pourtant inquiètent de la montée de l’organisme.

Dans la même catégorie