/news/currentevents

Qui sont les coaccusés de la frappe?

TVA Nouvelles et Agence QMI

L’Unité permanente anticorruption (UPAC) a frappé un gros coup ce matin avec l’appréhension de l’ancienne vice-première ministre libérale Nathalie Normandeau et l’arrestation de plusieurs autres accusés dont voici les portraits:

NATHALIE NORMANDEAU

Nathalie Normandeau a été vice-première ministre du 18 avril 2007 au 6 septembre 2011. Elle aussi été ministre des Affaires municipales des Régions et de l'Occupation du territoire du 18 décembre 2008 au 23 juin 2009 et également ministre des Ressources naturelles. Elle avait d’abord été mairesse de Maria en Gaspésie de 1995 à 1998. Puis, élue députée du Parti libéral dans Bonaventure en 1998.

Après voir quitté la politique le 6 septembre 2011, Nathalie Normandeau est devenue vice-présidente au développement des affaires chez Raymond Chabot Grant Thornton, en janvier 2012. Par la suite, elle a coanimé l’émission du midi au FM93 à Québec. Son employeur vient de la suspendre sans solde à la suite de son arrestation.

Mme Normandeau a été appelée à témoigner à la commission Charbonneau.

MARC-YVAN CÔTÉ

Ténor du financement pour le Parti libéral dans la région de Québec durant des années, Marc-Yvan Côté, s’est aussi fait arrêter ce matin par l’UPAC.

M. Côté a travaillé chez Roche de 1994 à 2005 comme vice-président, puis comme consultant jusqu'en 2011.

L'ancien ministre libéral  des Transports avait confirmé sans grande surprise lors de son passage à la commission Charbonneau que les partis politiques sollicitaient bel et bien des entreprises pour remplir leurs caisses.

Ce financement dit sectoriel, interdit par la loi, «était dans les mœurs», avait-il déclaré devant la présidente France Charbonneau en indiquant qu'il ne comptait pas jouer les «hypocrites».

«Oui, on sollicitait des individus, mais ils travaillaient pour des entreprises, a relevé M. Côté. Les machines politiques sont devenues des monstres avec des exigences assez importantes sur le plan financier», a-t-il ajouté.

En février 2014, l’UPAC avait effectué une perquisition à la résidence de Baie-Saint-Paul de Marc-Yvan Côté où des armes de chasse mal entreposées avaient été trouvées. Accusé, l’ex-ministre avait reçu une absolution inconditionnelle.

BRUNO LORTIE

Bruno Lortie, l’ancien chef de cabinet de Mme Normandeau, a été arrêté par l’UPAC. Lors de son témoignage à la Commission Charbonneau, il avait affirmé qu'il n'aimait pas les activités de financement politique qui ne servaient, selon lui, qu'à«fraterniser» entre élus et représentants de firmes du secteur privé.

«Pour moi, le financement, c'est aussi plaisant qu'une balle dans la tête», avait-il lâché au premier jour de son témoignage devant la commission.

M. Lortie avait raconté qu'il avait décroché le poste de chef de cabinet de Nathalie Normandeau en 2003 lorsqu'elle a été nommée ministre du Tourisme. Il l'avait suivie deux ans plus tard lorsqu'elle a migré aux Affaires municipales.

«Pour moi, le financement, c'est aussi plaisant qu'une balle dans la tête. »

Bruno Lortie

ancien chef de cabinet de Nathalie Normandeau

FRANCE MICHAUD

France Michaud est du nombre des personnes épinglées par l’UPAC, ce matin. Vice-présidente de Roche Groupe-Conseil, elle a été trouvée coupable de fraude, de complot et de corruption en septembre 2015, dans une affaire de favoritisme dans l'octroi de contrats publics à Boisbriand.

Plus tôt cette semaine, lundi, 67 chefs d’accusation ont été déposés contre la firme Roche ltée Groupe-Conseil, qui s’appelle maintenant Norda Stelo inc., en lien avec de la fraude fiscale. Des employés et des administrateurs de l’entreprise sont aussi touchés par ces accusations.

MARIO MARTEL

Mario Martel, chef de la direction de Roche Groupe-Conseil,  s’est également fait passer les menottes par l’UPAC ce matin et a été aussi visé par les accusations de lundi émanant d’une enquête de l’équipe de Revenu Québec de l’Unité permanente anticorruption (UPAC).

Le dirigeant et d’autres employés administrateurs de Roche étaient visés par de présumés cas de fraude fiscale contre la firme qui s’appelle maintenant Norda Stelo inc. Soixante-sept accusations ont été portées contre eux.

FRANÇOIS ROUSSY

Le maire de Gaspé de 2005 à 2013, François Roussy, mis en arrestation par l’UPAC tôt ce matin, est non seulement parti en France tous frais payés par Roche, mais il a aussi bénéficié de billets de hockey très bien placés et «extrêmement chers» pour assister à des matches du Canadien.

Ces informations avaient été révélées par un ancien ingénieur de Roche — dont l'identité est frappée d'une ordonnance de non-publication — lors de son témoignage devant la commission Charbonneau, en juin 2014.

ERNEST MURRAY

L’ex-conseiller politique de Pauline Marois dans la circonscription de Charlevoix, Ernest Murray, a été arrêté par l’UPAC.

M. Murray avait admis devant la commission Charbonneau en juin 2014 qu’il avait informé l’ancienne première ministre du Québec de ses manoeuvres pour amasser plus de dons politiques.

En 2008, alors qu'il rencontrait des difficultés à atteindre ses objectifs de financement dans la circonscription de celle qui était à l'époque chef du PQ, il avait fait appel à un ingénieur de la firme Roche et lui avait demandé s'il était en mesure de trouver 10 000 dollars pour alimenter les caisses du parti.

Dans la même catégorie