/news/politics

Le budget fédéral en 10 points

Pierre-Olivier Fortin | Journal de Québec

Le ministre des Finances Bill Morneau a livré mardi un premier budget qui, dans l’ensemble, respecte les promesses faites aux familles par les libéraux de Justin Trudeau, mais au prix d’un imposant déficit de près de 30 milliards $ et d’un délai dans les investissements massifs dans les infrastructures.

Voici les 10 éléments qui ont le plus d’impact sur les contribuables.

Le fiscaliste Jean-François Thuot, de Raymond Chabot Grant Thornton (RCGT) a analysé ces mesures en compagnie du journaliste Carl Renaud.

Une allocation pour enfants plus généreuse

Les familles recevront en moyenne près de 192 $ de plus chaque mois avec la nouvelle allocation canadienne pour enfant, dès juillet. Cette allocation abolit deux autres programmes, dont la PUGE, et promet d’être «plus simple, libre d’impôts et mieux ciblée». Les plus riches en seront privés, alors que les plus pauvres recevront davantage.

 

Deux crédits abolis

Le crédit d’impôt sur les activités sportives et artistiques (jusqu’à 225 $ par année) sera aboli progressivement jusqu’en 2017. 

 

Le fractionnement du revenu pour les familles, une mesure qui déplaisait aux libéraux parce qu’elle profitait surtout aux familles aisées, subit la même médecine.

 

Un ajout au supplément de revenu garanti

Le supplément de revenu garanti, une aide financière accordée aux personnes âgées qui ont un faible revenu, sera bonifié (jusqu’à 947 $ par année) pour les personnes vivant seules. Par ailleurs, l’âge d’obtention de la pension de vieillesse, que les conservateurs avaient fait passer à 67 ans, revient à 65 ans.

Moins d’attente pour le chômage

Le délai de carence avant d’avoir droit aux prestations passe de deux à une semaine. Par ailleurs, les travailleurs qui entrent ou qui retournent sur le marché du travail n’auront plus à accumuler obligatoirement 910 heures pour avoir droit à des prestations, mais bien le nombre d’heures associé à leurs régions.

De l’aide pour les fournitures scolaires pour les enseignants

Les enseignants et les éducatrices qui, bien souvent, paient de leurs poches l’achat de matériel comme le carton, les ciseaux et les crayons de couleur profiteront d’un nouveau crédit d’impôt : jusqu’à 150 $ par année.

Des changements pour les étudiants

En janvier prochain, les étudiants ne pourront plus demander les crédits pour études et les manuels (jusqu’à 840 $ par année). Les libéraux réinvestiront les sommes économisées dans l’aide financière aux études afin de cibler davantage les familles à faible et à moyen revenus. Le Québec, qui gère son propre système, recevra les sommes équivalentes.

 

Le crédit d'impôt pour les fonds de travailleurs est rétabli

Comme promis, les libéraux rétablissent le crédit d’impôt de 15 % sur les investissements dans les fonds de travailleurs (FondAction CSN et Fonds de solidarité FTQ, par exemple) que les conservateurs avaient entrepris d’abolir.

Infrastructures : investissements sur les freins

Les libéraux avaient promis de relancer l’économie par des investissements historiques en infrastructures. Au budget, ils ont lancé l’impressionnant chiffre de 120 milliards $ sur 10 ans. Mais en fait, seulement 10 % de la somme sera investie ces cinq premières années. L’une des priorités ira au transport en commun.

Des millions pour Radio-Canada

Le gouvernement Trudeau confirme le réinvestissement dans Radio-Canada. Il y injecte 75 millions $ cette année et 150 millions $ par la suite.

Parcs nationaux gratuits

L’entrée dans les parcs nationaux sera gratuite l’an prochain pour célébrer le 150e anniversaire de la Confédération. L’accès demeurera gratuit pour les moins de 18 ans par la suite.

Dans la même catégorie