/news/world

Les larmes de Tintin se répandent sur les réseaux sociaux

Taimaz Szirniks | Agence France-Presse

Les attentats de Bruxelles ont suscité une vague de solidarité dans le monde, en particulier en France quatre mois après les attentats de Paris, placée sous le signe des larmes de Tintin et des mots-clics #JesuisBruxelles ou #PrayforBelgium.

Après la diffusion de la nouvelle peu après 08H00 locales mardi (07H00 GMT), de nombreux internautes affichaient leur soutien aux victimes des attaques et aux habitants de la capitale belge, notamment sous le mot-clé #JesuisBruxelles, sur le modèle du #JesuisCharlie qui avait suivi la tuerie du 7 janvier 2015 contre l'hebdomadaire satirique français.

Les hashtags concernant Bruxelles, dont #PrayforBelgium («priez pour la Belgique»), étaient les plus partagés sur le réseau social Twitter en fin de matinée.

À Bruxelles, alors que les transports publics étaient coupés dans le centre, des centaines d'internautes proposaient un toit aux personnes bloquées, sous les mots-clics #porteouverte, #openhouse ou, en flamand, #ikwilhelpen. Lors des attentats de Paris du 13 novembre 2015, des centaines de personnes avaient déjà accueilli des passants bloqués par la fermeture des métros grâce au même mot-clé.

Pour exprimer leur soutien aux Belges, de nombreux internautes ont choisi de mettre en scène Tintin, le personnage créé par Hergé et devenu un des symboles de Bruxelles et de la Belgique. Dans une des images les plus partagées, tirée d'une planche du «Tintin au Tibet», le petit reporter et Milou sont en pleurs.

Pensons à nos amis belges. Que la paix gagne votre paix #belgique #hommage

Une photo publiée par @lesphotosdepompiers le

Repris par le styliste français Jean-Charles de Castelbajac, le héros dit son amour à la ville de «Brux-ailes». «Moi aussi, capitaine, j'ai parfois envie de déménager sur la lune», fait dire à Tintin le dessinateur de BD Joann Sfar, rassurant un capitaine Haddock effondré.

L'autre grand symbole de Bruxelles, la statuette du Manneken-Pis, a été mise à contribution par le dessinateur Nawak, urinant sur un terroriste. Pour un autre caricaturiste, Martin Vidberg, le 22 mars a été décrété «journée mondiale sans blague belge».

Le premier ministre français Manuel Valls a lui tweeté le dessin du caricaturiste Plantu pour le journal «Le Monde», représentant le drapeau français qui entoure de son bras un drapeau belge en pleurs.

«13 novembre à Paris, 22 mars à Bruxelles, la France et la Belgique ensemble face au terrorisme», a écrit Manuel Valls.

«Nous sommes encore 11 millions. On vous emmerde. Vous ne nous aurez pas. On va pas vous faire ce plaisir. Vive la frite!», a tweeté un avocat bruxellois dans la matinée. Un symbole de la Belgique qui figurera en une mercredi du journal satirique français «Le Canard» enchaîné et qui a aussi été transformé en doigt d'honneur à l'intention des terroristes par des internautes.

#Belgique #Belgium #unis #solidarité #force #world #photo

Une photo publiée par Tsuki1410 (@tsuki1410) le

Après avoir annoncé que la tour Eiffel serait aux couleurs de la Belgique dans la nuit de mardi, la maire de Paris Anne Hidalgo a aussi appelé à un rassemblement silencieux en début de soirée.

De nombreuses personnalités ont aussi réagi très vite sur les réseaux sociaux. «De tout coeur avec vous en Belgique», a tweeté le chanteur français d'origine belge Johnny Halliday, qui a un concert prévu samedi à Bruxelles, tandis que la chanteuse belge Maurane plaçait un «We love Brussels» en photo de profil sur sa page Facebook.

#pray#for#belgique#bruxelle#atentat#soude#50#morts

Une photo publiée par abonne-toi👉👉👉👉👆👆👆👆👆 (@tiffany.frd) le

Les réseaux téléphoniques étant saturés en fin de matinée dans la capitale belge, de nombreux Bruxellois ont utilisé les réseaux sociaux pour rassurer leurs proches, comme l'a demandé le centre de crise belge.

Facebook a activé mardi son «Safety check» (contrôle de sécurité) pour ses utilisateurs présents à Bruxelles, comme il l'avait fait lors des attentats de Paris, ou de celui d'Ankara à la mi-mars.

«Êtes-vous dans la zone affectée?» demandait le site à ses utilisateurs identifiés comme Bruxellois ou ayant signalé leur présence dans la capitale.

Dans la même catégorie