/finance/homepage

Les arbres de la forêt publique presque donnés

Michel Morin | TVA Nouvelles

Vous êtes vous déjà demandé combien coûte un arbre à l’industrie forestière? Au moment où celle-ci veut payer moins cher son bois, notre Bureau d’enquête a obtenu des chiffres «exclusifs», jamais évoqués et révélés pour la première fois, qui vous surprendront.  

L’industrie forestière a toujours refusé de donner des chiffres sur le coût d’achat des arbres dans les forêts publiques.

Pour la première fois, TVA Nouvelles a obtenu du gouvernement le coût d’achat moyen par arbre au Québec: 1,29$, sans les redevances de 18%.

Puisqu’il y a 187 zones dans la province, les chiffres diffèrent d’une région à l’autre.

Par exemple, à Roberval, au Lac-Saint-Jean, près des usines, on vend les arbres 2,01$ en moyenne aux compagnies.

Moins qu'un paquet de gomme

Plus de 200 kilomètres au nord, dans la région des montagnes Blanches, ces arbres ne coûtent plus en moyenne que 39 cents l’unité aux compagnies. C’est cinq fois moins qu’à Roberval.  

«Je pense qu’il va falloir que le gouvernement nous explique comment il peut justifier qu’on vende nos dernières grandes forêts vierges. Ça, c’est moins qu’un paquet de gomme», dénonce Nicholas Mainville, porte-parole de Greenpeace.

L’industrie soutient que ses coûts sont trop élevés au Québec et plaide pour une baisse de ses redevances.  

«Avec ce qui se paie en Colombie-Britannique, en Alberta, en Ontario, le Québec est la juridiction où l’on paie le bois le plus cher, donc le bois n’est pas cher au Québec, il est le plus cher qu’on peut trouver chez nos compétiteurs», affirme le PDG du Conseil de l’industrie forestière, André Tremblay.

Pour l’expert Luc Bouthillier, professeur à l’Université Laval, le gouvernement est bien mal équipé pour trancher.

«Est-ce que le bois debout ne vaut pas plus cher dans certaines circonstances, l’intuition est bonne, mais on n’a pas de données pour faire ces comparaisons.» 

Au Québec, 60 000 travailleurs dépendent de cette industrie. Mais la question reste entière et sans réponse pour l’instant : doit-on continuer d’abattre des arbres quand ceux-ci ne valent plus que 39 cents l’arbre?