/news/law

Ghomeshi: non coupable, mais tout de même agresseur

Agence QMI

Jian Ghomeshi d�clar� non coupable.

MAXIME DELAND/AGENCE QMI

La Fédération des femmes du Québec (FFQ) a tenu à rappeler qu’un verdict de non-culpabilité ne signifie pas qu’il n’y a pas eu d’agression et qu’au lendemain de la conclusion du procès de l’animateur Jian Ghomeshi, ce sont les victimes qui assument une grande partie de la pression.

«Nous ne pouvons que constater qu'une fois encore ce sont les victimes qui portent le poids et la responsabilité des agressions qu'elles ont vécues. La honte doit changer de camp», a déclaré la présidente de la FFQ, Mélanie Sarazin.

La présidente estime que de nombreuses questions méritent d’être soulevées à la suite de ce procès très médiatisé. Ses interrogations portent entre autres sur la préparation des plaignantes, le soutien accordé aux victimes et le traitement des plaintes par les policiers, autant de pistes pour une révision du système judiciaire.

«Le gouvernement a une responsabilité envers les victimes. Nous nous attendons à des actions concrètes pour sortir de la culture du viol et responsabiliser les agresseurs», a mentionné Mme Sarazin dans un communiqué.

Pour la Fédération des femmes du Québec, «au sortir de ce procès, nous nous questionnons d'autant plus sur la capacité des systèmes judiciaire et policier à accueillir et à traiter adéquatement les dénonciations de toutes, peu importe leur statut».

La FFQ rappelle également les données tirées de l'Enquête sociale générale sur la victimisation menée par Statistique Canada en 2014, qui révélaient qu’à peine 1814 accusations d'agression sexuelle ont mené à une condamnation sur les 633 000 déclarées par les Canadiens de 15 ans et plus.

L’ancien animateur vedette de CBC n’en a pas terminé avec la justice. Jian Ghomeshi, âgé de 48 ans, doit subir un deuxième procès pour agression sexuelle au cours du mois de juin.

Dans la même catégorie