/news/society

Dynamite et Garage: des milliers de vêtements neufs aux poubelles

Pierre-Olivier Zappa | TVA Nouvelles

Le Groupe Dynamite Garage, géant québécois de la mode, détruit et jette aux ordures les vêtements invendus dans ses magasins. Bikinis découpés, chandails déchirés, vestes tailladées... C’est le contenu étonnant des sacs-poubelle découverts par l’émission «J.E.» dans le conteneur d’une boutique.

Faute d’avoir trouvé un acheteur, des milliers de vêtements neufs de la bannière ont ainsi pris le chemin du dépotoir l’été dernier. Des employés ont reçu l’ordre de lacérer les vêtements neufs pour s’assurer qu’ils ne puissent être récupérés ou vendus.

Pourquoi déchiqueter son inventaire, plutôt que le recycler ou le donner à des œuvres de charité ? La haute direction du Groupe Dynamite Garage a refusé de répondre aux questions de J.E.

«Il pourrait s’agir d’une stratégie pour faire des économies d’impôts», soupçonne le fiscaliste Jean-François Thuot. «Les détruire permet peut-être aux magasins de gonfler leurs pertes et de réduire leurs impôts», souligne-t-il.

Colère et stupéfaction

Ces révélations soulèvent une levée de boucliers dans le monde communautaire. «C’est totalement immoral», lance Dan Bigras, porte-parole du Refuge, outré par cette pratique commerciale. «J’ai l’impression qu’ils ne veulent pas que du monde poqué ait leurs vêtements sur le dos. C’est répugnant !» s’indigne-t-il.

Plusieurs alternatives s’offrent pourtant aux magasins de vêtements. À Saint-Hubert par exemple, l’entreprise Certex offre divers services aux grands noms de la mode. « Nous pouvons transformer les vêtements en chiffons, les recycler, les revendre ou les exporter », précise sa directrice générale, Marie-Josée Filteau. « Il n’y a aucune raison pour que les textiles aboutissent au dépotoir », s’exclame-t-elle.

Un défi pour Recyc-Québec

«Récupérer doit devenir aussi facile que de jeter», plaide le PDG de Recyc-Québec, Dany Michaud, qui comprend mal la décision du Groupe Dynamite Garage. Selon lui, ce gaspillage peut s’expliquer par un manque de sensibilisation auprès des entreprises. «Je les invite à contacter Recyc-Québec pour connaitre les alternatives. Nous pouvons les aider», insiste-t-il.

Le recyclage du textile constitue un véritable défi pour la société d’État. Chaque année, au Québec, plus de 180 000 tonnes de vêtements échappent aux mailles du recyclage.

Groupe Dynamite Garage réagit

Quelques heures avant la diffusion de l'émission J.E., dimanche, le Groupe Dynamite Garage a réagi par voie de communiqué. L'entreprise allègue qu'elle détruit des vêtements lorsqu'elle ne peut les donner en raison de défectuosités. Elle affirme également remettre des dons de 1,5 $ millions de dollars par année à des organismes de charité. 

Or, l'équipe de J.E. a constaté que les milliers de vêtements détruits par les magasins de la chaîne étaient en parfait état, avant d'être déchirés et jetés aux ordures par des employés. 

Aussi, le Groupe Dynamite Garage impose de strictes conditions lorsqu'il offre des invendus en dons. Selon l'organisme Grands Frères et Grandes Soeurs, il lui est interdit de vendre ou de transformer les vêtements reçus.

Dans la même catégorie