/news/society

Une plante herbacée pour sauver les monarques

Agence QMI

La Fondation David Suzuki incite la population à planter l’asclépiade pour protéger les papillons monarques au Québec.

L’asclépiade est la plante dont se nourrissent les monarques et sur laquelle les femelles pondent leurs œufs. Aussi connue sous le nom de «soyer du Québec» et «soie d’Amérique», cette plante est considérée comme une mauvaise herbe. Dans certaines régions, 60 à 90 % des asclépiades ont disparu en raison des pratiques agricoles et de l’utilisation d’herbicides à grande échelle. Depuis les années 1990, la population de monarques a d’ailleurs chuté d’environ 90 %.

Les experts ont donc identifié l’acte de planter de l’asclépiade comme le geste le plus important que l’on puisse poser pour assurer la survie de ces papillons.

La nouvelle campagne de sensibilisation, l’Effet papillon, en fait la promotion.

«Les monarques sont une véritable merveille de la nature, pesant moins qu’un trombone et parvenant tout de même à faire un trajet chaque année de plusieurs milliers de kilomètres du Mexique jusqu’au Québec», a souligné Jean-Patrick Toussaint, chef des projets scientifiques de la Fondation David Suzuki. «Nous incitons aujourd’hui les Québécois à contribuer eux aussi à la survie de ces fascinantes créatures en plantant de l’asclépiade en grand nombre sur nos balcons, dans nos jardins et nos cours d’école», a-t-il ajouté.

Au printemps 2014, la Fondation David Suzuki avait lancé une campagne similaire dans la région de Toronto, ce qui a permis de planter 15 000 asclépiades dans le sud de l’Ontario.