/finance

Des producteurs de la Mauricie réclament l'intervention d'Ottawa

Charel Traversy | TVA Nouvelles

Après la Montérégie mardi, c'était au tour d'une trentaine de producteurs laitiers de la région de la Mauricie de se réunir, mercredi avant-midi, pour demander à Ottawa de tenir ses promesses au sujet du lait diafiltré.

Ils demandent au gouvernement Trudeau d'encadrer les importations de lait diafiltré américain pour arrêter les pertes financières importantes encourues au Canada.

Selon les producteurs laitiers, une ferme moyenne a perdu en 2015 entre 25 000 $ et 30 000 $ en raison de l'importation de lait diafiltré. Ce produit qui sert à la fabrication de yogourt et de fromage à moindres coûts est présentement classé comme un concentré de protéines. Il n’est donc pas l’objet de restrictions lors de son importation.

«C'est un peu choquant de voir que c'est juste politique et que le gouvernement ne s'en mêle pas. C'est une décision de frontières qui permettrait de faire plus d'argent à tous les producteurs laitiers présents. On serait capables de vivre. On veut juste vivre. C'est simple. Je ne comprends pas ce que le gouvernement attend», a dit Jean-Félix Morin, un jeune producteur laitier de Saint-Boniface, qui doit éponger des pertes de 3000 $ par mois depuis l'arrivée plus importante du lait diafiltré américain sur le marché canadien.

Les producteurs laitiers de la région ont marché jusqu'au bureau de la députée néo-démocrate Ruth Ellen Brosseau pour la remercier de son appui dans le dossier. La députée de Berthier-Maskinongé n'entend pas lâcher le dossier et invite le gouvernement Trudeau à poser des gestes concrets.

«On a eu des pertes de 200 millions $ l'an dernier. C'est une honte! C'est incroyable! Je ne comprends pas pourquoi le gouvernement n'agit pas et ne se tient pas debout pour les producteurs de chez nous. On va continuer de mettre de la pression», a-t-elle indiqué.

Dans la même catégorie