/finance/homepage

Le Bloc québécois veut bloquer la vente de RONA

Carl Renaud | Argent

Le Bloc québécois demande au ministre fédéral du Développement économique, Navdeep Bains, de bloquer la vente de RONA à l’entreprise américaine Lowe’s. Le parti souhaite que la transaction soit mise sur la glace le temps de tenir une enquête sur le licenciement de Robert Dutton.

L’ancien président et chef de la direction du quincailler avait rejeté la première offre d’achat de Lowe’s, en 2012. Cette semaine, dans le cadre d’entrevues accordées à des médias québécois, M. Dutton a notamment laissé entendre qu’il aurait été congédié — en novembre 2012 — pour permettre la vente de l’entreprise.

«C’est très grave, si Robert Dutton a été congédié pour permettre à la transaction de se concrétiser. Surtout, qu’après son départ, il y a eu plusieurs changements au sein du conseil d’administration», a déclaré le député Xavier Barsalou-Duval, porte-parole du Bloc québécois en matière de développement économique.

Le politicien est très préoccupé par la vente de RONA, car le siège social du quincailler se trouve à Boucherville, au cœur de sa circonscription Pierre-Boucher—Les Patriotes—Verchères.  

En février, Lowe’s a offert 3,2 milliards $ pour prendre le contrôle de RONA, soit 1,4 milliard $ de plus qu’en 2012.

«Le ministre Bains a le pouvoir de déterminer si cette transaction est dans le meilleur intérêt des Canadiens», a poursuivi Xavier Barsalou-Duval en entrevue à la chaîne Argent de TVA.

Le cas de Potash Corporation

En 2010, le gouvernement fédéral de Stephen Harper avait bloqué la vente de l’entreprise Potash Corporation, située en Saskatchewan. L’entreprise australienne BHP Biliton proposait 40 milliards $ pour le premier producteur mondial de potasse. Ottawa avait jugé que la transaction ne serait pas à l’avantage du Canada.

La semaine dernière, les détenteurs des actions ordinaires de RONA ont approuvé la transaction dans le cadre d’une assemblée extraordinaire des actionnaires. Le conseil d’administration avait recommandé d’approuver la vente en rendant publique l’offre d’achat de Lowe’s, en janvier.

L’Institut sur la gouvernance des organisations privées et publiques (IGOPP) ne croit pas que le ministre Bains va se plier à la requête du Bloc québécois. Le directeur général de l’organisation, Michel Nadeau, soutient qu’il n’y a pas eu d’anomalie dans le cadre de cette transaction.

«Je pense que c’est fait. Les actionnaires ont obtenu 24 $ par action et ils le veulent. Ce n’est pas comparable au cas de Potash, que le gouvernement avait bloqué parce que l’entreprise était un actif stratégique pour le Canada, le premier producteur mondial de potasse», a commenté M. Nadeau.  

Industrie Canada et le Bureau de la concurrence, deux organisations fédérales, doivent encore se prononcer sur le dossier. Leurs décisions sont attendues au cours du mois de mai.