/news/politics

Québec solidaire refuse de se fier au PLQ pour combattre la corruption

Louis Gagné | Agence QMI

 - Agence QMI

Quebec Solidaire

Simon Clark/Agence QMI

Le gouvernement Couillard n’a pas la crédibilité nécessaire pour mettre en place les recommandations de la commission Charbonneau, croit Québec solidaire.

«Je pense que nous vivons en ce moment une grave crise de confiance. Le Parti libéral, le gouvernement libéral ne peut absolument plus prétendre gérer à lui seul la crise actuelle», a déclaré la députée Françoise David, mercredi, lors d’un point de presse à l’Assemblée nationale.

Comme la population n’a pas confiance dans le gouvernement libéral pour mettre fin à la «crise institutionnelle» que traverse le Québec, la députée de Gouin a proposé la mise sur pied d’une commission parlementaire «transpartisane» qui serait chargée d’assurer l’application et le suivi des recommandations contenues dans le rapport Charbonneau.

Les membres de la commission devraient «paritairement appartenir aux quatre partis représentés à l’Assemblée nationale», a insisté Françoise David, et feraient un rapport tous les trois mois aux élus québécois.

«C’est une commission qui relève de l’Assemblée nationale», a précisé la porte-parole parlementaire de Québec solidaire.

Afin d’illustrer le fait que le gouvernement libéral n’est pas apte, selon elle, à mettre en œuvre les recommandations de la commission Charbonneau, Mme David a cité en exemple le projet de loi 87 sur les lanceurs d’alerte: la proposition législative du gouvernement ne couvre que les employés du secteur public, alors que la commission proposait d’étendre cette protection au privé.

«Vous voyez, si on se fie seulement au gouvernement, on ne fait que la moitié du chemin. Nous autres, ce que nous voulons, c’est que tout le chemin soit fait. [...] On ne peut plus se fier au gouvernement libéral», a martelé la députée solidaire.

Dans la même catégorie