/news/law

Un «cowboy contre Uber» accusé au criminel

Yves Poirier | TVA Nouvelles

Le chauffeur de taxi, Hassan Kattoua, à l'origine du mouvement «Cowboy contre Uber», comparaîtra le 27 avril prochain pour être accusé d'intimidation envers un conducteur d'Uber X, intimidation envers un policier et personnification d'un agent de la paix.

Ce matin, en entrevue à LCN, M.Kattoua s'est montré prudent dans ses commentaires puisqu'il fait face à la justice. Or, il a réitéré sa demande au gouvernement québécois d'appliquer rapidement la loi pour réglementer l'industrie du taxi et surtout, le nouveau joueur, Uber.

«Je ne pense pas que nous sommes allés trop loin avec nos gestes si on se compare aux chauffeurs de taxi en France, par exemple. Je pense que les chauffeurs de taxi à Montréal ont fait preuve de réserve face à Uber X», a déclaré M.Kattoua.

 

Par ailleurs, le chauffeur de taxi a déploré la façon dont il a été traité au centre opérationnel Sud du SPVM hier soir, alors qu'il avait rendez-vous avec les enquêteurs. On l'a notamment vêtu de cette tenue blanche qu'on met habituellement aux détenus. On l'a aussi placé dans une cellule. Le plus long deux heures de sa vie, a-t-il déclaré.

En ce qui a trait à l'accusation de personnification d'un agent de la paix, faut savoir que M.Kattoua arbore une casquette rouge et des pantalons de camouflage.

M. Kattoua trouve d'ailleurs ironique que de nombreux policiers de Montréal ne respectent actuellement pas non plus le code vestimentaire de la Ville avec leur tenue vestimentaire colorée.

«Il faut appliquer la loi avant de me demander d'arrêter mes actions parce que mes actions elles vont arrêter quand la loi sera appliquée contre le transport illégal», ajoute-t-il.

Une manifestation en appui à Hassan Kattoua a eu lieu mardi soir devant le poste de police de la rue Guy.

Dans la même catégorie