/news/currentevents

Lac-Simon: un homme tué par un policier de la réserve

Un autochtone a été abattu par balle mercredi soir par un policier de la réserve algonquine de Lac-Simon, en Abitibi-Témiscamingue.

Michel Leroux, père du policier tué à Lac-Simon, lance un cri du cœur

Le décès de Sandy Tarzan Michel, âgé de 25 ans, a été confirmé jeudi matin par la Sûreté du Québec (SQ) qui est responsable de l’enquête. Son frère avait aussi été tué par un policier en 2009, a rapporté le «Journal de Montréal».

Selon Benoît Coutu, porte-parole de la SQ, la mort de Sandy Tarzan Michel était connue des autorités depuis mercredi soir, mais le coroner a permis seulement jeudi matin de rendre publique l’information.

Les événements survenus mercredi soir ont forcé le déclenchement d’une enquête indépendante qui a été confiée à la SQ.

Sandy Michel

Facebook

Vers 19 h 30, les policiers de la réserve autochtone de Lac-Simon ont été appelés à intervenir puisqu’un résident marchait dans les rues de la communauté en tenant une arme blanche. Il était armé d’une machette, selon TVA Nouvelles.

Lors de l’intervention, Sandy Tarzan Michel a été heurté par voiture de police. Des coups de feu ont ensuite été tirés, atteignant mortellement l’homme qui a été transporté à l’hôpital.

«À la suite de cette intervention, un groupe de personnes ont tenté de s’en prendre aux policiers», a mentionné Benoît Coutu, porte-parole de la SQ.

Des agents de la SQ ont donc été appelés en renfort auprès de leurs collègues de Lac-Simon. La situation a été contrôlée vers 22 h. Trois hommes ont été arrêtés et ils devaient faire face à la justice pour avoir proféré des menaces envers les policiers.

Des enquêteurs du Service des crimes contre la personne de la Sûreté du Québec étaient sur place pour faire la lumière sur les événements.

La SQ assurera les services policiers dans la communauté «jusqu’à nouvel ordre», a précisé M. Coutu.

La tragédie serait survenue alors qu’une assemblée générale se tenait au sein de la communauté.

Lac-Simon est sous les projecteurs depuis le mois de février dernier lorsque le policier Thierry Leroux de la police locale avait été tué d’une balle dans le dos par Anthony Raymond Papatie. Ce dernier s’était suicidé quelques minutes plus tard.

Jeudi après-midi, la SQ a demandé au ministère de la Sécurité publique de confier l'enquête indépendante à un autre corps de police.

Dans la même catégorie