/news/currentevents

Le meurtrier de Clémence Beaulieu-Patry court toujours

Agence QMI

Depuis la publication lundi soir de la photo du suspect du meurtre de Clémence Beaulieu-Patry, survenu dimanche soir, la police a reçu une vingtaine d’appels provenant du public, mais l'assassin court toujours.

«Il s’agit de personnes qui croient l’avoir aperçu (l’homme recherché)», a indiqué le porte-parole du Service de police de la Ville de Montréal (SPVM), Abdullah Emran. Entre autres, les gens ont mentionné avoir possiblement vu l’individu dans le secteur du supermarché Maxi du quartier Saint-Michel, là où le meurtre a eu lieu, dans le métro ou dans «d’autres lieux».

Le suspect n’a toujours pas été arrêté par la police qui cherche toujours à l’identifier. Le SPVM rappelle à la population de ne pas hésiter à contacter le 911 ou Info-Crime Montréal au 514 393-1133 si elle croit détenir de l’information.

Le suspect est un homme noir de 25 à 30 ans mesurant 1,72 m (5 pi 8 po). Au moment du crime, il portait une tuque, un manteau, des pantalons et des chaussures foncés. L’homme portait également des lunettes pour la vue.

Les enquêteurs ont procédé à la «vérification de chacun des appels», a précisé M. Emran. Tôt mardi, le SPVM n’avait procédé à aucune arrestation.

«On encourage les gens à continuer à nous appeler s’ils voient ou savent quoi que ce soit», a poursuivi M. Emran.

Rappelons que le tragique événement a eu lieu dimanche soir alors que la victime âgée de 20 ans était sur le point de terminer son quart de travail dans l’épicerie située à l’intersection de l’avenue Papineau et de la rue Crémazie.

Un homme a fait irruption à l’intérieur du Maxi et s’est dirigé directement vers la jeune femme. Il l’aurait alors poignardée devant plusieurs témoins. Il a ensuite pris la fuite à pied. Clémence Beaulieu-Patry est décédée peu de temps après.

Suspect meurtre Clémence Beaulieu-Patry

Une trentaine de témoins ont été rencontrés dans la nuit de dimanche à lundi par les policiers.

Le motif du crime n’est toujours pas établi. Le lien entre la victime et son agresseur est également inconnu.

Loblaw n'accorde pas d'entrevue

La compagnie Loblaw, qui détient les supermarchés Maxi, n’accordera pas d’entrevues à ce sujet.

«Nous offrons nos sincères condoléances à la famille et aux amis de notre collègue. Nous coopérons pleinement avec l'enquête policière, mais il serait inapproprié de commenter davantage les circonstances entourant ce tragique incident.

Par ailleurs, le magasin a mis en place des mesures de sécurité accrues, tel l'ajout d'un agent de sécurité additionnel. Un programme d'aide est également offert à tous les employés et à leurs familles ayant besoin de soutien», a écrit la directrice principale, affaires corporatives et communication, Johanne Héroux, dans un courriel à TVA Nouvelles.

Dans la même catégorie