/news/currentevents

Le suspect était une «vieille relation» de Clémence

TVA Nouvelles

Appréhendé chez lui hier soir dans Hochelaga-Maisonneuve à Montréal et maintenant accusé de meurtre avec préméditation, le jeune homme de 19 ans qui aurait poignardé à mort Clémence Beaulieu-Patry la connaissait, et ce, depuis longtemps.

«Il y a un lien entre la victime et son assassin, mais il ne s’agit pas de quelque chose de récent. C’est une vieille relation et on ne parle pas d’une relation de couple pour l’instant», a appris Jean-François Brochu, ancien sergent à  la Sûreté du Québec.

TVA Nouvelles a également appris que le présumé meurtrier et sa victime se sont connus à l’école secondaire et que le jeune homme était allé voir Clémence chez Maxi & Cie lors de son quart de travail avant le dimanche fatidique.

Le suspect lui aurait parlé et Clémence l’aurait gentiment repoussé croyant que les choses allaient se terminer là. Elle aurait ensuite raconté à quelqu’un cette discussion avec le jeune éconduit sans toutefois mentionner son nom.

C’est grâce à la diffusion des photos du suspect tirées des vidéos de surveillance du Maxi & Cie de l’avenue Papineau dans Saint-Michel que l’homme a été identifié.

«La collaboration du public a été exceptionnelle. La police a été en mesure de suivre la trace du suspect jusqu’au moment où l'on a procédé à son arrestation, hier, par le Groupe tactique d’intervention», explique l’expert en enquêtes policières Jean-François Brochu.

Le suspect numéro un du SPVM

Assassinat sur vidéo

Une fois arrêté, le jeune homme a été remis aux enquêteurs des crimes majeurs du SPVM. «Ils ont la mission de procéder à son interrogatoire. Ils se sont bien préparés, ils sont bien au fait de tous les détails de l’enquête», spécifie Jean-François Brochu.

Pourquoi le suspect numéro un du SPVM depuis le début est-il allé jusqu’à l’assassinat de Clémence Beaulieu-Patry? «Il y a une évidence que c’est lui qui a commis ce meurtre-là, on l’a sur vidéo. Les enquêteurs vont lui demander comment il s’est préparé, comment ça a grandi dans son esprit, ce qui l’a conduit à commettre ce crime-là.»

Des complices?

Cette connaissance de longue date de la jeune femme de 20 ans qui était étudiante au Collège Maisonneuve avait-elle des complices? Les enquêteurs devront aussi le déterminer.

«En a-t-il parlé à quelqu’un? Quelqu’un l’a-t-il aidé à se procurer l’arme du crime ou l’aurait cachée dans les heures suivant le crime», avance M. Brochu.

 

Dans la même catégorie