/news/law

Première étape des procédures judiciaires pour Nathalie Normandeau

Jean-Luc Lavallée | Agence QMI

L’ancienne vice-première ministre Nathalie Normandeau plaidera éventuellement non coupable aux accusations de complot, fraude envers le gouvernement, corruption et abus de confiance qui ont été portées contre elle.

Son avocat, Me Maxime Roy, a confirmé l’intention de sa cliente qui brillait par son absence au palais de justice de Québec, mercredi matin, lors de sa comparution officielle. Le plaidoyer de non-culpabilité sera enregistré ultérieurement.

L’ex-politicienne et animatrice à la station de radio FM93 a été arrêtée le 17 mars par l’Unité permanente anticorruption (UPAC). Des accusations de complot, fraude envers le gouvernement, corruption et abus de confiance ont été portées contre elle. Depuis, elle a été libérée sous promesse de comparaître.

Les six coaccusés étaient également absents mercredi matin lors de la comparution. Il s’agit de l’ex-ministre libéral Marc-Yvan Côté, l’ancien chef de cabinet de Mme Normandeau Bruno Lortie, l’ex-maire de Gaspé, François Roussy, deux anciens membres de la firme Roche, France Michaud et Mario Martel, et un proche du Parti québécois Ernest Murray.

Selon l’Unité permanente anticorruption (UPAC), ces sept personnes auraient été impliquées dans des «stratagèmes criminels».

Ces individus auraient «contourné les lois afin d’obtenir des avantages indus, tels que, pour les uns, des cadeaux ou du financement politique, et pour les autres, l’obtention de subventions gouvernementales ou l’octroi de contrats publics», a indiqué l’UPAC par communiqué.

La Couronne a divulgué la preuve aux avocats mercredi matin. La cause a été reportée au 5 juillet. Les accusés auront à nouveau le loisir d’être représentés par leurs avocats respectifs en juillet.

Dans la même catégorie