/news/society

Feu vert des Québécois pour réglementer Uber

Si le gouvernement québécois a l'intention de réglementer davantage le service de covoiturage Uber, il a la population du Québec derrière lui.

C’est ce que révèle un sondage CROP mené auprès de 1 000 personnes pour le compte du Comité provincial de concertation et de développement de l’industrie du taxi inc. (CPCDIT) visant à étudier l’opinion des Québécois sur les enjeux soulevés par les récents bouleversements dans l’industrie du transport de personnes, notamment causés par l’émergence d’un service comme Uber.

Le sondage, intitulé «Les Québécois et le transport de personnes», dévoile que 86% des répondants estiment qu’il revient à l’État d’assurer le respect des règlements.

La même proportion de sondés affirme que toutes les entreprises de cette industrie doivent être soumises aux mêmes règlementations en matière de tarification, de sécurité, de permis, de formation et de paiement des taxes et des impôts.

Dans une proportion de 90%, les répondants ont estimé primordial que les antécédents d’un chauffeur soient vérifiés par une entité officielle.

Le sondage a été mené sous forme de questionnaire lors d’une collecte de données en ligne qui s’est déroulée du 14 au 18 avril 2016 par le biais d’un panel web.

Ce coup de sonde survient alors que le service UBER tente d'obtenir l'appui de la population pour éviter d'être réglementer au Québec.

D'ailleurs, Uber va lancer ce matin une campagne de sensibilisation pour, dit-on, faire entendre la voix des Québécois.

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.