/news/law

Médecin accusé en lien avec la mort d'une patiente

Un médecin de 37 ans, Jérôme Dufour, a comparu mercredi à Laval, pour négligence criminelle causant la mort. L'événement remonte au 11 mars 2012, date à laquelle une femme de 59 ans est décédée trois heures après avoir reçu son congé de l'hôpital.

Même s'il vient tout juste d'être accusé au criminel, le Dr Dufour qui pratique actuellement la médecine familiale dans une clinique de Montréal a déjà été sanctionné par le conseil de discipline du Collège des médecins, pour le même événement.

La nuit du 10 au 11 mars 2012, il était de garde à l'Hôpital de la Cité-de-la-santé, à Laval, et a donné son congé à la patiente 59 ans venue consulter pour détresse respiratoire. Trois heures plus tard, elle est morte seule, à son domicile.

En septembre dernier, le médecin a été radié temporairement pour une période de 5 mois, après avoir plaidé coupable aux accusations de négligence, manque de suivi et fausse déclaration devant le conseil de discipline. Il s'est également engagé à ne plus jamais pratiquer à l'urgence, en milieu hospitalier.

«Et la limitation il l'a, c'est-à-dire qu'il ne peut plus jamais pratiquer dans une salle d'urgence, par contre, il peut pratiquer la médecine dans un cabinet», a souligné le Dr Charles Bernard, PDG du Collège des médecins.

Accusé au criminel

Malgré l'accusation criminelle récemment déposée contre lui, rien n'empêche le Dr Dufour de poursuivre sa pratique en médecine familiale à la Clinique médicale Angus, à Montréal, où il a repris le travail depuis sa radiation temporaire.

La direction de la clinique a d'ailleurs confirmé qu'elle avait l'intention de permettre au médecin de poursuivre sa pratique au sein de leur équipe médicale.

«Il appartient au Collège des médecins du Québec d’émettre ou de retirer un droit de pratique à un médecin, a souligné Marc De Bellefeuille, directeur-général de la clinique. La clinique entend respecter la présomption d’innocence du Dr Dufour et laisser la justice suivre son cours».

«Pour le côté du collège des médecins, il a eu sa sanction, il a fait sa peine et il est limité maintenant. Maintenant pour le côté criminel, on va attendre qu'est-ce qui va se passer et on va aviser selon les décisions prises par la cour criminelle» a pour sa part indiqué le PDG du Collège des médecins.

Quant au Dr Dufour, il nous été impossible d'obtenir ses commentaires concernant sa mise en accusation. Il doit revenir en cour le 23 août.

Un contexte difficile?

Durant son passage devant le conseil disciplinaire, le Dr Dufour avait souligné le contexte de travail difficile la nuit de l'événement, celle du 10 au 11 mars 2012.

Il était, dit-il, le seul médecin de garde pour les patients de l'urgence, les codes aux soins intensifs et les étages de l'hôpital.

À la Cité de la santé, on n'a pas été en mesure de nous préciser combien de médecins il y avait en poste durant cette fameuse nuit.

Actuellement, «il y a toujours deux médecins sur place, l’un pour s’occuper des patients sur civière et pour les patients ambulants. Ils peuvent toujours faire appel à leurs collègues de garde», précise Vincent Forcier, du Centre intégré de santé et de services sociaux de Laval.

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.