/news/society

«Sauvons le Québec d’Uber»

Agence QMI

FD-MANIFESTATION TAXIS QUÉBEC

Aurélie Girard/Agence QMI

Le Regroupement des travailleurs autonomes Métallos (RTAM-Métallos) a mis en ligne un site internet vendredi pour tourner en dérision le dernier coup d'éclat de l’entreprise Uber.

Intitulé «Sauvons le Québec d’Uber», le site permet aux visiteurs de signer une pétition, d’écrire à leur député et d’entendre la publicité radio réalisée par le RTAM-Métallos, qui représente quelque 4000 chauffeurs et propriétaires de taxis et limousines au Québec.

Le site se veut une réplique à une récente initiative d’Uber, qui demande à ses utilisateurs de faire pression sur le gouvernement Couillard en interpellant directement leur député provincial.

Dans un courriel envoyé jeudi matin à ses clients québécois et intitulé «Sauvons Uber au Québec», le géant américain du covoiturage dit que la «situation est critique et que nous avons besoin de votre aide».

Le grand patron d’Uber au Québec, Jean-Nicolas Guillemette, a de plus évoqué une nouvelle fois la possibilité de quitter la province si Québec va de l’avant avec son projet d’obliger les chauffeurs d’Uber à louer des permis pour travailler.

«Après avoir mené des activités illégales de transport rémunéré de personnes depuis deux ans, avoir insulté nos législateurs dans la maison des lois, voici que Uber insulte l’intelligence des Québécois en tentant de faire chanter leur gouvernement», a affirmé le porte-parole du RTAM-Métallos, Benoit Jugand, par voie de communiqué.

M. Jugand a invité le premier ministre Philippe Couillard et l'ensemble des élus de l'Assemblée nationale à «ne pas se laisser intimider» par une compagnie qui «ne respecte pas le droit québécois».

«Monsieur Couillard, réagissez et demandez à Uber de cesser ses activités de même que ce chantage de bas étage», a lancé le porte-parole.

Uber n’a pas tardé à réagir à l’initiative des chauffeurs de taxi, vendredi.

«Au lieu d'essayer de copier une campagne de défense des choix des consommateurs, le syndicat de l'industrie du taxi devrait tenter de copier la qualité de service de Uber que près d'un demi-million de Québécois apprécient», a affirmé Jean-Christophe de Le Rue, porte-parole de Uber Canada.

Dans la même catégorie