/news/law

La poursuite n’interjettera pas appel

Agence QMI

Le verdict de non culpabilité rendu contre l’ancien animateur vedette de CBC, Jian Ghomeshi, acquitté en mars d'accusations d’agressions sexuelles envers trois femmes, ne sera pas porté en appel.

Le ministère du Procureur général de l’Ontario en a fait l’annonce lundi.

«Après avoir examiné la décision du juge et les aspects juridiques de cette affaire, la Couronne a conclu qu’il n’y a pas de base juridique pour interjeter appel», a expliqué le ministère dans un communiqué.

Le ministère du Procureur général de l’Ontario, qui a réitéré sa confiance envers les avocats de la Couronne, a mentionné qu’un appel peut être fait seulement pour des questions liées à une erreur de droit et non à des erreurs concernant des faits.

En expliquant sa décision de ne pas porter la décision auprès d’une instance supérieure, il a toutefois ajouté qu’il «s’agissait clairement d’une affaire difficile pour tous ceux y étant engagés».

À l’issue d’un procès très médiatisé, Ghomeshi a été acquitté en mars de quatre chefs d’accusation d’agression sexuelle envers trois femmes et d’un autre chef pour avoir tenté de vaincre la résistance par l’étouffement.

Jian Ghomeshi, âgé de 48 ans, a admis publiquement être un adepte des pratiques sexuelles brutales, a toujours affirmé que ses partenaires étaient consentantes en ce qui a trait aux faits qui se sont déroulés en 2002 et 2003.

Même si la défense n’avait pas contesté les allégations portées contre l’accusé, elle avait néanmoins réussi à semer le doute en attaquant la crédibilité des victimes.

Dans sa décision, le juge William Horkins avait affirmé que les trois victimes n’avaient pas été assez franches dans leur version des faits, tant à la police et qu'aux médias. Durant le procès, la défense a révélé plusieurs détails qui avaient été omis par les victimes et les procureurs de la Couronne.

Le travail des procureurs avait d’ailleurs été très critiqué dans cette affaire.

Jian Ghomeshi doit subir un deuxième procès pour agression sexuelle en juin. Dans cette autre affaire, les faits reprochés se seraient produits en 2008, sur le lieu de travail de l’ancien animateur de radio, à savoir dans les bureaux de CBC à Toronto.

Dans la même catégorie