/news/culture

Lauryn Hill, Noel Gallagher et Brian Wilson «jazzeront» Montréal

 - Agence QMI

Lauryn Hill, Noel Gallagher et Brian Wilson sont trois des têtes d’affiche de la programmation en salle du prochain Festival international de jazz de Montréal (FIJM) dévoilée mardi.

L’ex-Fugees, l’ex-Oasis et l’ex-Beach Boys sont parmi les nombreux artistes attendus lors de la 37e édition de l’événement qui se tiendra du 29 juin au 9 juillet. Au total, 175 concerts payants seront offerts.

Melody Gardot s’est vu confier le mandat de lancer les festivités. La chanteuse-guitariste-pianiste américaine foulera la scène de la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts les 29 et 30 juin.

C’est le Preservation Hall Jazz Band, une formation de La Nouvelle-Orléans, qui viendra mettre fin à ce grand rendez-vous musical de 12 jours.

Des grands noms de passage

Avant Lauryn Hill qui mettra fin à une absence de 14 ans au FIJM avec des spectacles les 5 et 6 juillet, Brian Wilson qui soulignera les 50 ans de l’album «Pet Sounds» le 7 juillet, ainsi que Noel Gallagher qui grattera sa guitare sans son frère et avec son groupe High Flying Birds le 9 juillet, la mythique formation Kool & The Gang montera sur scène, le 4 juillet, pour une «célébration funk».

Ces grands noms de la musique ont tous accepté d’«habiter» la salle Wilfrid-Pelletier de la Place des Arts.

Au revoir

La prochaine édition du FIJM sera aussi marquée par les départs de deux figures emblématiques du grand rassemblement estival.

Le concert d’adieu d’Oliver Jones aura lieu le 7 juillet à la Maison symphonique de Montréal, d’abord en formule trio et ensuite avec la présence de l’Orchestre national de jazz de Montréal.

Celui qu’on considère «le roi du drum», Guy Nadon, en sera également à sa dernière prestation. Le doyen du FIJM fera résonner baguettes, tambours et cymbales le 30 juin à L’Astral.

Des artistes d’ici

Montréal pourra compter sur son lot de dignes représentants cette année au FIJM. DJ Champion et ses G-Strings, Betty Bonifassi, Ian Kelly, Radio Radio ne sont que quelques-uns des créateurs d’ici qui feront entendre leurs plus récentes compositions.

Rufus Wainwright se payera quant à lui deux soirées symphoniques visuelles avec grand orchestre. Les 2 et 3 juillet au Théâtre du Nouveau Monde, sa création s’articulera autour de son opéra «Prima Donna» et ses succès. Au même endroit, ses sœurs Martha et Lucy livreront des parcelles de leur enfance par le biais de comptines folk, les 6, 7 et 8 juillet.

Guy Bélanger proposera de son côté une soirée en deux temps, le 6 juillet au Balcon, alors qu’il se lancera dans l’acoustique avant de se tourner vers l’électrique.

Enfant prodige

Plusieurs étoiles montantes seront également du nombre. Parmi elles, Joey Alexander, un pianiste de 12 ans indonésien qui a lancé un premier album en 2015. Le garçon a déjà reçu deux nominations pour les Grammy Awards, dont une pour la catégorie du meilleur disque d’interprétation jazz en solo.

Les billets pour son spectacle du 1er juillet à la salle Ludger-Duvernay du Monument-National, ainsi que ceux en salle des autres artistes, seront mis en vente le vendredi 29 avril à midi (montrealjazzfest.com).

Dans la même catégorie

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.