/news/society

Offensive publicitaire d'Uber contre Québec

Agence QMI

Uber lance une nouvelle offensive publicitaire, cette fois dirigée contre le ministre des Transports du Québec, Jacques Daoust.

Dans une série de trois publicités, l’entreprise qui est au cœur d’un litige avec l’industrie du taxi depuis plusieurs mois, accuse le ministre d’enlever une option aux Québécois lorsque vient le moment d’opter pour un moyen de déplacement.

Cette perte de choix, Uber la décline sous différents exemples, qui n’ont toutefois rien à voir avec le taxi.

«Uber, c’est comme des shorts. Mais le ministre des Transports a décidé que vous mettrez des pantalons, des jupes ou des salopettes.»

«Uber, c’est comme le vin rouge. Mais le ministre des Transports a décidé que vous boirez du rosé, du jus de canneberge ou de l’eau colorée.»

«Uber, c’est comme le Sud. Mais le ministre des Transports a décidé que vous irez bronzer en Ontario, au parc Jean-Drapeau ou à la piscine municipale.»

Cette offensive, au ton de moquerie, a vite été calquée par le Regroupement des travailleurs autonomes Métallos qui représente les chauffeurs de taxi.

«Parce qu’Uber tente encore de faire chanter le gouvernement du Québec avec l’argent qu’elle soutire aux Québécois en ne payant pas ses impôts et en incitant ses chauffeurs à frauder le gouvernement, le RTAM-Métallos réplique avec une campagne de publicité satirique contre Uber», a déclaré l’organisation mardi.

Dans une trilogie, le regroupement lance trois attaques contre Uber.

«Pourquoi avoir peur de payer des impôts au Québec?»

«Là où l’argent des taxes impayées est envoyé dans un paradis fiscal.»

«Belle mise en marché. Mais c’est de la piquette... et ça se digère mal.»

Moyens de pression

La semaine dernière, Uber Québec avait convoqué la presse afin d’annoncer une escalade des moyens de pression d’ici au 12 mai, date prévue pour le dépôt du projet de loi sur l’industrie du taxi.

Les publicités d’Uber seront diffusées à la radio et dans différents quotidiens. Pour Jean-Christophe de Le Rue, associé aux communications d’Uber, le ministre Daoust «dénature les services de covoiturage urbain et veut transformer Uber en un service de taxi traditionnel.»

De leur côté, les chauffeurs de taxi membres du Regroupement des travailleurs autonomes Métallos se réuniront en assemblée générale spéciale le 15 mai, au Collège Maisonneuve.

«Peu importe donc la décision que prendra le gouvernement, dans un cas comme dans l’autre, nos membres auront des décisions à prendre», a déclaré le porte-parole du RTAM-Métallos, Benoit Jugand.

Dans la même catégorie