/news/society

Fête internationale des travailleuses et travailleurs

La FTQ lance sa campagne pour la hausse du salaire minimum à 15$

Agence QMI

JOEL LEMAY/AGENCE QMI

La FTQ lancera ce dimanche à l’occasion de la Fête internationale des travailleuses et travailleurs sa campagne pour l’augmentation graduelle du salaire minimum à 15 $ l’heure.

Le lancement de cette campagne de promotion du projet a lieu alors que le salaire minimum officiel du Québec passera, dimanche, à 10,75 $, en hausse de 0,20 $ l’heure.

Plusieurs groupes demandent que le salaire minimum soit haussé à 15 $.

Outre la FTQ et d’autres syndicats, le Front de défense des non-syndiqué-e-s (FDNS) et le Collectif pour un Québec sans pauvreté réclament également un salaire minimum de 15 $ l’heure. Dans un communiqué, samedi, ces deux groupes réitèrent cette demande et dénoncent «la faible augmentation du salaire minimum annoncée par le gouvernement, qui porte le taux régulier à 10,75 $ l'heure».

Ils soulignent que l'augmentation de 0,20 $ ne signifiera que moins de 7 $ de plus par semaine dans les poches d'une personne qui travaille 35 heures, alors qu’un salaire minimum à 15 $ «permettrait à beaucoup de travailleuses et de travailleurs de sortir de la pauvreté».

Citant en exemple la récente décision de la Californie d’augmenter le salaire minimum de 10 $ à 15 $ d’ici 2022, la FTQ souhaite également que cette augmentation soit effectuée au Québec au cours des six prochaines années.

«Une telle augmentation améliorerait de façon concrète leur qualité de vie. Elle augmenterait leur pouvoir d'achat et stimulerait l'économie locale. Elle encouragerait aussi les étudiants du cégep et de l'université à se concentrer sur leurs études et à accumuler moins de dettes, plutôt que de devoir travailler toujours davantage», souligne la porte-parole du FDNS, Mélanie Gauvin.

Il y a quelques jours, l'Institut de recherche et d'informations socioéconomiques (IRIS) a mis à jour ses données sur le salaire viable au Québec. Le salaire viable représente combien une personne travaillant à temps plein doit gagner de l’heure pour vivre décemment tout en pouvant «se dégager une marge de manœuvre pour améliorer sa situation». Cette année, l’IRIS a établi le salaire viable moyen au Québec à 15,10 $ l’heure.

«Il manque donc 4,35 $ pour que le salaire minimum au Québec permette réellement aux gens de combler leurs besoins de base, mais également pour qu'ils puissent se sortir de la pauvreté, en ayant suffisamment de ressources pour retourner aux études par exemple», affirme Minh Nguyen, chercheur à l'IRIS.

De son côté, la Fédération canadienne de l’entreprise indépendante (FCEI) soutient qu’il faut être prudent dans le choix des moyens à prendre pour soutenir les travailleurs à faible revenu.

«Une hausse rapide et marquée du salaire minimum aurait des conséquences importantes sur les petites entreprises et ne serait pas aussi optimale pour les travailleurs visés qu’une aide fiscale directe par exemple», soutient Martine Hébert, vice-présidente principale de la FCEI.

L’organisme explique notamment qu’une personne qui travaille à temps plein «risque, selon son statut, de ne pas voir la couleur d’environ le tiers de cette augmentation qui retournera dans les coffres de l’État via les impôts qu’elle devra payer et ses cotisations aux différents régimes sociaux (RQAP, RRQ, etc.)».

« Si on veut mieux soutenir les personnes à faible revenu, il faut plutôt se tourner vers des solutions où une plus grande proportion de l’argent resterait dans leurs poches. Hausser l’exemption personnelle de base en est un bon exemple», ajoute Martine Hébert.

Dimanche, à l’occasion de la Fête internationale des travailleuses et des travailleurs, plusieurs manifestations auront lieu au Québec et ailleurs dans le monde. À Montréal, la marche annuelle du 1er mai aura lieu en après-midi dans les rues de la métropole. La marche partira vers 13 h du parc La Fontaine et prendra fin au parc Jeanne-Mance quelques heures plus tard.

Une manifestation anticapitaliste aura également lieu dimanche dans les rues du centre-ville de Montréal en après-midi dimanche.

Dans la même catégorie