/news/politics

Pierre Karl Péladeau quitte la vie politique

Louis Gagné | Agence QMI

Moins d’un an après avoir été couronné chef du Parti québécois (PQ), Pierre Karl Péladeau a annoncé lundi qu’il quittait la politique pour des raisons familiales.

«Je suis devant une absence d’alternative qui me force à faire un choix déchirant entre ma famille et mon projet politique. [...] J’ai choisi ma famille», a déclaré le chef démissionnaire, les sanglots dans la voix, lors d’un point de presse à la permanence du PQ, à Montréal.

M. Péladeau démissionne à la fois de ses fonctions de chef du Parti québécois, de chef de l’opposition officielle et de député de Saint-Jérôme.

«Je prends cette décision pour le bien de mes enfants», a-t-il dit.

Pierre Karl Péladeau a indiqué que les membres de l’exécutif national seraient «convoqués rapidement pour faire le point et prendre les décisions nécessaires».

Le caucus des députés du Parti québécois pourrait choisir un chef intérimaire dès vendredi. Les modalités d’une éventuelle course à la direction de la formation souverainiste seront connues ultérieurement.

En fin de matinée, lundi, le PQ avait publié un communiqué pour annoncer que M. Péladeau ferait «une importante déclaration». Rapidement, les rumeurs annonçant son départ ont circulé sur les réseaux sociaux et dans la sphère politique.

Ces rumeurs ont été amplifiées par la convocation du caucus et de l’aile jeunesse du PQ à une réunion téléphonique, quelques minutes avant l’annonce de M. Péladeau.

«Ce midi, j’étais dans un dîner de la chambre de commerce, à Joliette, et je n’ai pas regardé mon téléphone pendant une demi-heure et quand j’ai regardé mon téléphone, il y avait plein de messages, de textos. On avait un caucus téléphonique, donc plein de rumeurs. Je ne pouvais pas le croire, donc j’ai quitté», a raconté la députée péquiste Véronique Hivon sur les ondes de LCN.

«On a eu un caucus. M. Péladeau nous a parlé brièvement. Il était très ému [...] Il nous a dit qu’il nous aimait, qu’il aimait le Parti québécois. C’était un moment très, très fort», a-t-elle dit.

Une entrée fracassante

Pierre Karl Péladeau avait été élu à la tête du Parti québécois le 15 mai 2015, un peu plus d’un an après avoir été élu député péquiste de Saint-Jérôme. L’actionnaire de contrôle de Québecor avait été couronné à l’issue d’une course à la direction qui a duré plusieurs mois. Âgé de 53 ans, il devenait le huitième chef de l’histoire du PQ.

M. Péladeau avait fait une entrée en politique fracassante durant la campagne électorale de 2014. Poing levé, il avait affirmé être un souverainiste de longue date et se lancer dans l’arène politique pour «faire du Québec un pays».

L’annonce du chef démissionnaire survient au lendemain du passage remarqué de son ex-conjointe Julie Snyder sur le plateau de l’émission Tout le monde en parle.

Mme Snyder, avec qui M. Péladeau a eu deux enfants, est notamment revenue sur son mariage avec le magnat des médias.

«Ce jour-là, c’était sûrement le plus beau jour de ma vie. Ça faisait longtemps que j’espérais ça... On voulait reconstruire notre nid familial, notre équipe. On a travaillé longtemps en thérapie de couple... Moi, mes repères, mes frontières, mon pays c’était Pierre Karl. C’est sûr que c’était tout ce que j’avais toujours espéré», a-t-elle confié.

 

Dans la même catégorie