/regional/montreal/montreal

Coderre dit «bye bye» à Uber

Améli Pineda | Agence QMI

Les menaces d’Uber de quitter le Québec n’affectent pas le maire de Montréal, Denis Coderre, qui ne montre aucune pitié et qui dit même au revoir à la controversée entreprise.

Le maire Coderre n’a pas mâché ses mots sur l’éventuel départ d’Uber. «Bye bye! Ça ne me fait pas de peine pantoute», a-t-il déclaré.

M. Coderre estime que si Uber veut s’implanter, elle devra respecter les règles. «Uber, ce qu’ils nous disent, c’est que pour rester, il faut que ça soit le «free-for-all».  Ils nous disent «c’est nous autres qui décidons». Pendant ce temps-là, ils ne paient pas de taxes ni d’impôts», a-t-il souligné.

Denis Coderre est conscient qu’une modernisation de l’industrie du taxi est nécessaire. «Moi, les gens qui veulent travailler pour s’assurer qu’on puisse grandir et s’épanouir seront toujours les bienvenus, mais ceux qui vont arriver Gros-Jean comme devant, qui disent «me voilà, vous faites comme je veux», ça ne fonctionne pas», a souligné M. Coderre.

L’opposition officielle à l’hôtel de ville critique la réaction du maire. «On célèbre le fait d’enlever des options de mobilité aux Montréalais, a questionné Guillaume Lavoie, conseiller de Projet Montréal. Pourquoi d’autres villes ont réussi à adopter des règlements et pas nous?»

Le maire a répété qu’à ses yeux, Uber n’est pas un service de covoiturage urbain. «La réalité, c’est qu’Uber ce n’est pas de l’économie de partage. On l’a vu leur financement. Ce sont des gens qui sont arrivés sans respecter de règles», a-t-il fait valoir.

Mercredi, le ministre des Transports, Jacques Daoust, devait présenter à ses collègues son projet de loi concernant l’industrie des taxis. Ce projet de loi pourrait forcer les chauffeurs d’Uber à détenir un permis de taxi et à charger la TPS et la TVQ sur chaque course.

Dans la même catégorie