/finance/homepage

Fort McMurray : des milliers de travailleurs québécois affectés

Argent

Des milliers de travailleurs québécois ont trouvé du travail ces dernières années dans les installations pétrolières à Fort McMurray, cette ville albertaine aux prises avec les plus violents incendies de forêt jamais survenus en Alberta. Comme tous les autres citoyens, ils ont reçu l’ordre d’évacuer leur demeure mardi soir.

Au plus fort du boom pétrolier, jusqu’à 10 000 travailleurs québécois désertaient la province pour aller gagner leur vie dans l’Ouest canadien chaque année. La chute des cours du pétrole a mis à frein à cet exode, mais des milliers sont toujours à l’emploi des grandes pétrolières s’activant dans l’extraction et le traitement des sables bitumineux.

La population de Fort McMurray, une ville de 80 000 habitants, a plus que doublé depuis l’année 2000. On estime toutefois que la chute des prix du pétrole et du gaz a entraîné une perte de 40 000 emplois au sein de l’industrie au pays, et la municipalité du Nord de l’Alberta est au cœur de ce séisme.

Suncor réduit sa production

Par ailleurs, alors que les feux font rage à Fort McMurray, des compagnies pétrolières actives dans les sables bitumineux réduisent leur production.

Suncor Energie a annoncé mercredi que bien que ses opérations se déroulaient à environ 25 km au nord de la communauté, elle réduisait ses activités afin de permettre aux employés et à leur famille de se mettre en sécurité.

À la suite de l'ordre d'évacuation,  des compagnies comme Suncor, mais aussi Syncrude canada et Royal Dutch Shell accueillent des résidents évacués à leurs camps de travailleurs. Les compagnies pétrolières prêtent aussi main forte dans la lutte au brasier.

À ce stade-ci, l'incendie n'a pas affecté à ce stade les sites d'extraction de la région, a précisé la première ministre de la province, Rachel Notley. 

Dans la même catégorie