/news/society

112 000 Québécois attendent une échographie souvent depuis plus de 3 mois

TVA Nouvelles

La Coalition avenir Québec sonne l’alarme au ministre de la Santé Gaétan Barrette. Selon leurs chiffres, plus de 112 000 Québécois attendent pour une échographie souvent depuis plus de trois mois.

La cible du ministre était que tous puissent passer leur échographie en trois mois, mais François Paradis dresse un bilan catastrophique.

«Il y a au-delà de 60% des personnes qui n’ont pas le service dans la cible que fixe le gouvernement», poursuit le porte-parole en matière de santé pour la deuxième opposition.

Les chiffres

Les patients qui attendent pour une échographie cardiaque sont passés au Québec de 17 000 en 2013, à 24 000, puis à 26 000 en 2014, une augmentation de presque 7% en un an.

«Quand je m’arrête aux échographies mammaires, le taux de personnes qui sont vues en moins de trois mois, il y a des régions que c’est 29%», précise François Paradis, député de la CAQ.

Les échographies mammaires de 6 000 à 8000 avec une baisse la dernière année. Les autres échographies sont passées de 64 000 à 78 000 avec une petite diminution. Malgré cela, 112 000 patients attendent une échographie.

Les pires endroits

Pour les échographies cardiaques, 72% des patients attendent plus de 3 mois en Estrie, 69% dans les Laurentides. Pour les échographies mammaires, l'attente de plus de 3 mois est de 71% en Outaouais, 63% dans les Laurentides, 62% en Montérégie.

Les autres échographies 57% des personnes attendent en Outaouais et 55% dans la région de Lanaudière.

«Nous avons l’intention d’ici les prochaines semaines de rendre publiques par la Régie d’Assurance-maladie du Québec toutes les échographies partout au Québec», a réagi le ministre Barrette.

L'Association des radiologistes dit qu'elle n'a pas parlé au ministre. «La solution est dans le public, ça passe par les hôpitaux», mentionne le Dr Constantin, rencontré par TVA Nouvelles.

Les radiologistes effectuent annuellement 250 000 écographies en clinique privée et 1,3 million dans les hôpitaux. Il y a moyen de faire mieux en ajoutant du personnel et de l'équipement dans les hôpitaux.

«On estime qu’un montant de cinq à dix millions pour ajouter 100 000 examens», poursuit le docteur Constantin.

Mais à ce stade-ci, le ministre lui ne parle pas de sommes additionnelles.