/news/politics

Succession de Pierre Karl Péladeau

Sylvain Gaudreault élu chef par intérim du PQ

Louis Gagné | Agence QMI

Sylvain Gaudreault a été élu chef par intérim du Parti québécois (PQ) vendredi. Il succède à Pierre Karl Péladeau, qui a démissionné de ses fonctions lundi.

«C’est avec une très grande fierté, mais aussi un très grand sens des responsabilités que j’accepte ce mandat important qui m’a été confié par mes collègues», a déclaré M. Gaudreault lors d’un point presse.

Les députés de la formation souverainiste s’étaient réunis dans un hôtel de Québec, vendredi, afin d’élire un chef temporaire. Le choix du nouveau chef s’est fait lors d’un vote secret. Il devra être entériné par l’exécutif national du PQ, tel que le prévoient les statuts du parti.

Sylvain Gaudreault est âgé de 45 ans. Il a été élu pour la première fois dans la circonscription de Jonquière lors de l’élection générale du 26 mars 2007. Sous le gouvernement péquiste dirigé par Pauline Marois, M. Gaudreault a occupé les fonctions de ministre des Transports et de ministre des Affaires municipales. ll est un des rares politiciens à parler ouvertement de son homosexualité.

Lutte serrée

Sylvain Gaudreault et Agnès Maltais s’étaient livré une chaude lutte en coulisse au cours des derniers jours pour occuper l’intérim. L’élu de Jonquière bénéficiait toutefois d’une longueur d’avance sur sa collègue de Taschereau.

Afin de couper court à toute rumeur de conflit entre lui et Agnès Maltais, le nouveau chef péquiste a tenu à souligner «la grande amitié» qu’il partage avec «son amie et collègue depuis plusieurs années».

Sylvain Gaudreault a également tenu à rendre hommage au travail effectué par Pierre Karl Péladeau à la tête du Parti québécois. Il a entre autres remercié l’ancien chef pour ses convictions souverainistes et la confiance qu’il a témoignée envers l’économie québécoise.

Le nouveau chef de l’opposition officielle veut s'ailleurs s’inscrire dans la continuité de M. Péladeau. Il s’est engagé à talonner le premier ministre Philippe Couillard dès la reprise des travaux parlementaires, la semaine prochaine.

«J’entends faire ressortir les failles extrêmement importantes de son gouvernement en matière économique, en matière sociale, en matière d’éducation et en matière de santé», a-t-il dit.

M. Gaudreault a précisé que Bernard Drainville et Agnès Maltais conservaient leurs postes de leader parlementaire et de leader parlementaire adjointe.

Visiblement déçue du résultat, Agnès Maltais a indiqué qu’elle se ralliait sans condition au nouveau chef, comme elle s’était engagée à le faire avant la tenue du vote.

«Je veux dire que je suis très heureuse et très fière, d’abord, d’être membre de cette équipe et deuxièmement de travailler aux côtés de Sylvain Gaudreault. Sylvain est un ami depuis de nombreuses années et le demeurera pour longtemps. Je suis à ses côtés», a dit Mme Maltais.

Dans la même catégorie