/news/currentevents

Une quarantaine de pompiers québécois dépêchés à Fort McMurray

Pierre-Paul Biron | Journal de Québec

Au total, 42 pompiers et deux employés d’accompagnement logistique de la Société de protection des forêts contre le feu du Québec (SOPFEU) s’envoleront pour l’Alberta mardi. Ils se joindront aux douze Québécois qui avaient été déployés au cours des derniers jours avec quatre avions-citernes pour combattre les importants feux de forêt qui ravagent la région de Fort McMurray.

Le porte-parole de la SOPFEU Robert Lemay explique que la demande est venue rapidement de l’Alberta alors que le danger de voir le feu doubler de superficie planait toujours sur la région. «C’était déjà dans l’air depuis un petit moment. Nous avions reçu une demande et en regardant les possibilités, tout était en place pour envoyer nos équipes prêter main-forte aux confrères de l’Alberta.»

Pas d’échéancier

Impossible pour le moment de savoir combien de temps les équipes québécoises seront déployées en raison de la violence du brasier. «Pour ce qui est des avions-citernes, ce sont des ressources qui sont prêtées sans horaire précis. Quant au personnel, règle générale, les gens partent pour 14 jours au minimum», explique M. Lemay, précisant que la mission pourrait se prolonger.

«C’est difficile d’avoir des pronostics clairs pour la maitrise de l’incendie, mais on parle en terme de semaines c’est sûr», croit le responsable de la SOPFEU, frappé par l’ampleur du brasier. «Avec les images qu’on voit à la télé et sur les réseaux sociaux, c’est du jamais-vu dans mon cas. Nous n’avons jamais eu affaire à des incendies de cet ampleur aussi près de communautés.»

Attentifs aux demandes

D’autres effectifs de la SOPFEU pourraient mettre le cap sur l’Ouest canadien au cours des prochaines semaines. «C’est sur que le Québec demeure attentif aux demandes. S’il y a d’autres demandes, nous allons refaire les analyses, mais si on est capable, c’est sûr qu’on va le faire», confirme le porte-parole, insistant toutefois que cette aide ne se fera pas au détriment du Québec.

«Tout dépend des demandes qu’on reçoit, mais aussi du moment et de la situation au Québec. Avec la température qui s’en vient, nous n’avons toutefois pas trop de crainte à envoyer des équipes là-bas. Nous serons en mesure de suffire aux besoins des prochaines semaines avec les effectifs toujours ici», explique Robert Lemay.

La SOPFEU compte dans ses rangs environ 250 pompiers et possède 14 avions-citernes. Près de 200 sapeurs et 10 avions sont donc toujours en sol québécois pour l’instant.

Dans la même catégorie