/news/politics

Jean-Martin Aussant confirme qu’il ne briguera pas la direction du PQ

Agence QMI

Même s’il a été sollicité par des milliers de messages, l’ancien chef d’Option nationale, Jean-Martin Aussant, refuse de s’inviter dans la course à la direction du Parti québécois.

M. Aussant, qui est depuis moins d’un an directeur du Chantier de l’économie sociale, souhaite poursuivre dans cette voie, a-t-il précisé dans une «mise au point» publiée dimanche sur sa page Facebook.

«D’abord, bien que mes convictions et ma passion pour la cause souverainiste soient toujours intactes et que je suive de très près tout ce qui concerne l’avenir du Québec, un retour en politique est exclu à ce moment-ci», a-t-il écrit.

Jean-Martin Aussant avait, comme Pierre Karl Péladeau, quitté la politique dans le but de se consacrer davantage à son rôle de père. Ses deux enfants avaient 2 ans lorsqu’il a quitté la tête du parti qu’il a fondé, Option nationale. Ils sont maintenant âgés de 5 ans.

«Leur besoin d’une double présence parentale demeure entier», a mentionné le directeur.

S'il refuse de s'engager dans la course, l’ancien député du Parti Québécois donnent tout de même un conseil aux militants péquistes. Selon lui, ils devraient choisir un chef qui s’engagera entre autres à réformer le mode de scrutin, mettre en place la gratuité scolaire jusqu’au doctorat et organiser un congrès de refondation auquel les souverainistes, tous partis confondus, seraient invités.

Jean-Martin Aussant souligne également que le projet de souveraineté soulève plusieurs questions au sein de la population et qu’il devrait «avoir des réponses mises à jour, et ce, plus récemment qu’en 1995».

«Un parti souverainiste devrait avoir en permanence des études mises à jour sur tous les angles imaginables de son projet de pays pour pouvoir bien l’expliquer et bien le défendre face aux adversaires de son idée», soutient-il.

Il encourage également, de façon générale, les leaders politiques à «avoir le courage de faire face au choix des électeurs» et ne pas ajuster leur message selon les sondages.

M. Aussant s’est bien gardé d’appuyer l’un ou l’autre des aspirants, affirmant que ses fonctions actuelles «demandent que je demeure neutre sur le plan de la politique partisane».