/news/politics

Véronique Hivon officiellement dans la course

Agence QMI

Véronique Hivon est devenue lundi la première candidate à se lancer dans la course à la direction du Parti québécois (PQ).

«Je vous annonce aujourd’hui que j’ai pris la décision de me porter candidate de ce grand parti qui doit être le moteur de changement et de progrès au bénéfice de tous les Québécois», a déclaré la députée de Joliette lors d’un point de presse dans sa circonscription.

Mme Hivon, qui se présente comme la candidate de la convergence, était accompagnée des députés Carole Poirier, Sylvain Pagé, André Villeneuve et Claude Cousineau, qui appuient sa candidature. Elle fera campagne sous le slogan «Faisons-nous confiance».

«Le pari que j’ai envie de faire avec vous, c’est que nous pouvons rebâtir la confiance. Faisons-nous confiance et reconstruisons le lien durement effrité entre la population et la classe politique, ses élus et ses institutions», a dit la députée de Joliette.

Arguant que les projets de société du Québec ne pourront se développer pleinement «sans que nous ayons en main tous nos pouvoirs», la candidate a ajouté qu’elle voulait «redonner tout son sens au projet de pays».

«Il est fini le temps où le projet de souveraineté sera vu comme une vague idée lointaine et dépassée. C’est un projet qui doit être collé à la réalité des gens, à celle de leurs enfants, à celle de leurs parents», a-t-elle insisté.

Une semaine après

L’annonce de Mme Hivon survient une semaine jour pour jour après la démission-surprise de Pierre Karl Péladeau. Rappelant les circonstances familiales qui ont mené au départ de M. Péladeau, la candidate s’est engagée à consacrer une journée entière par semaine à sa propre famille, «à l’écart de toute activité politique», et ce, tout au long de sa campagne et au-delà si elle est élue chef.

Le souhait de Mme Hivon de briguer la direction du PQ était devenu un secret de polichinelle au cours des derniers jours. Après avoir appuyé son ami Alexandre Cloutier lors de la précédente course à la chefferie, elle avait indiqué vendredi dernier qu’elle était dorénavant «dans sa propre trajectoire».

«Je pense que je suis pas mal capable de voler de mes propres ailes», avait-elle dit.

Avocate de formation, Véronique Hivon s’est fait connaître en pilotant le projet de loi sur les soins de fins de vie. Sous le gouvernement péquiste de Pauline Marois, elle a occupé le poste de ministre déléguée aux Services sociaux et à la Protection de la jeunesse.

Annonce imminente de Cloutier

Alexandre Cloutier devrait annoncer au cours des prochains jours qu’il se lance à son tour dans la course à la direction du PQ. Appelé à commenter un éventuel affrontement avec sa collègue et amie, le député de Lac-Saint-Jean avait parlé vendredi d’un scénario «shakespearien».

De son côté, Martine Ouellet, qui se présente comme la candidate de l’économie, songe elle aussi sérieusement à se lancer dans la course à la direction. Elle n’a toutefois pas l’intention de précipiter les choses.

«Je ne suis pas dans une course contre la montre et je pense qu’il reste du temps pour s’enligner et organiser les choses», a-t-elle affirmé sur les ondes de LCN.

Les députés et anciens ministres Nicolas Marceau et Jean-François Lisée sont également en réflexion. Deux autres candidats pressentis, Bernard Drainville et Jean-Martin Aussant, ont déjà annoncé qu’ils passeraient leur tour.

Le prochain chef du PQ sera choisi entre la mi-septembre et la mi-octobre. D’ici là, le député de Jonquière, Sylvain Gaudreault, assurera l’intérim à la tête de la formation souverainiste.

Dans la même catégorie