/finance/homepage

Des chauffeurs d’Uber veulent être dédommagés

Agence QMI

Les chauffeurs d’Uber en Californie et au Massachusetts estiment qu’ils auraient pu empocher plus de 730 millions $ US en remboursements de divers frais depuis 2009 s’ils étaient considérés comme des employés et non comme des travailleurs autonomes.

Ce montant, évalué par les avocats du regroupement de chauffeurs, a été rendu public lundi, a rapporté Reuters.

Le calcul a été fait en fonction d’un montant standard pour le kilométrage fixé par le gouvernement américain et selon des données fournies par Uber. L’entreprise de covoiturage urbain est d’avis que les chauffeurs ne sont pas admissibles à ces remboursements.

Uber et son rival Lyft sont poursuivis par les travailleurs de ces deux États qui estiment qu’ils auraient dû être considérés comme des employés et donc avoir droit à certains remboursements notamment pour l’essence et l’entretien de la voiture. Pour l’instant, ils paient ces frais de leur poche.

Les avocats des chauffeurs soutiennent que la valeur totale de ces frais est de 852 millions $ US, ce qui inclut un montant pour récupérer certains pourboires. De son côté, Uber a calculé que ces dépenses montent à 429 millions $ US, en se basant sur un kilométrage moins élevé.

La compagnie a ainsi proposé de dédommager ses chauffeurs avec un montant total de 100 millions $ US. Un juge fédéral de la cour de San Francisco doit décider si ce montant est suffisant. Par contre, même si ce règlement est accepté, les chauffeurs ne seront pas plus considérés comme des employés.

Lyft a pour sa part proposé un règlement de 12,25 millions $ pour ses chauffeurs. Cette proposition a été rejetée par un juge, car elle ne représente que 9 % des remboursements potentiels que ses chauffeurs réclament.

Dans la même catégorie