/news/politics

Lisée poursuit sa réflexion

Louis Gagné | Agence QMI

Jean-François Lisée ignore toujours s’il se lancera dans la course à la direction du Parti québécois (PQ).

«Je songe à une candidature. Je n'ai pas pris cette décision. Je ne vois pas la nécessité de se précipiter», a déclaré M. Lisée, mardi, lors d’une mêlée de presse à l’Assemblée nationale.

Le député de Rosemont a indiqué qu’il réfléchissait à ce qu’il pouvait apporter au débat et à ce qu’il apporterait de nouveau comme chef du PQ. Il a d’ailleurs invité les militants de la formation souverainiste à participer à sa réflexion en lui faisant part de leurs avis et de leurs conseils sur son blogue.

«La question que je me pose et que je pose aux gens à qui je parle, c’est quelle serait l’utilité ou la nécessité de ma candidature? Est-ce que j’ai des choses à dire qui ne sont pas dites par d’autres? Est-ce que j’apporte à la course des forces et des faiblesses qui ne sont pas celles de mes collègues? Alors, c’est ça qu’on est en train de regarder», a expliqué M. Lisée.

C’était la première fois que le député de Rosemont s’adressait à la presse depuis la démission-surprise de Pierre Karl Péladeau. Jean-François Lisée était en Europe lorsque le chef péquiste a annoncé son départ, la semaine dernière.

M. Lisée avait déjà indiqué à des journalistes qu’il réfléchissait à l’idée de briguer pour la seconde fois la direction du PQ. Après avoir constaté que le parti voulait «vivre son moment Pierre Karl Péladeau», l’ancien ministre des Relations internationales sous le gouvernement de Pauline Marois s’était retiré de la course l’an dernier.

Mardi, Jean-François Lisée a tenu à rendre hommage au chef démissionnaire. «Il était en train de développer des forces qui allaient nous donner un véritable élan [...] Il donnait une crédibilité économique au PQ, c’est une grande perte», a-t-il dit.

La course se dessine

Lundi, Véronique Hivon est devenue la première candidate à se lancer officiellement dans la course à la direction du PQ.

Les députés Alexandre Cloutier et Martine Ouellet pourraient l'imiter au cours des prochains jours.

L'ancien ministre des Finances Nicolas Marceau est également en réflexion.

Deux des candidats les plus pressentis pour briguer le trône péquiste, Bernard Drainville et Jean-Martin Aussant, ont déjà annoncé qu'ils ne se présenteraient pas.

Dans la même catégorie