/news/society

Sondage canadien

Des conducteurs sous l’effet du cannabis se disent sans danger

Agence QMI

Près de la moitié des Canadiens conduisant sous l’effet du cannabis estiment qu’ils ne représentent pas un danger sur la route, indique un sondage publié mardi par State Farm.

«Nous savons que la marijuana altère le jugement et le temps de réaction, a expliqué dans un communiqué John Bordignon, porte-parole de State Farm. Par conséquent, toute mesure visant à la légaliser doit être assortie de garanties pour décourager les conducteurs de prendre le volant lorsqu’ils sont sous effet.»

Pourtant, le sondage publié par State Farm révèle qu’environ 44 % des répondants soutiennent qu’ils peuvent prendre le volant, même en étant sous l’effet du cannabis, comparativement à 42 % qui croient que ce n’est pas une bonne idée. Près de 14 % n’ont pas d’idée sur la question.

Ce coup de sonde souligne aussi que près de neuf répondants sur 10 disent qu'ils n’ont jamais conduit après avoir consommé cette drogue et montre que les Canadiens sont préoccupés par la conduite sous l’effet du cannabis.

La publication de ces résultats survient alors que le député libéral Bill Blair, qui est aussi l’ancien chef de police de Toronto, planche sur le dossier de la légalisation du cannabis.

Plus de 60 % des Canadiens croient que le système juridique n’est pas prêt à traiter avec des conducteurs sous influence de la marijuana. Sensiblement le même nombre de répondants croit qu’il y aura une hausse de conduite avec les facultés affaiblies, une fois que la promesse de Justin Trudeau de légaliser la marijuana sera réalisée.

S’appuyant sur des recherches de la Fondation de recherches sur les blessures de la route au Canada, l’enquête donne aussi un aperçu du nombre d’accidents mortels causés par des conducteurs qui ont été déclarés positifs à cette drogue, et ce, par tranche d’âge.

Le nombre d’accidents est plus élevé chez les jeunes (16 à 34 ans) à 28,5 %; chez les 35-49 ans ils représentent 21,1 % contre 10,6 % chez les 50-64 ans. Après 65 ans, le nombre est d’à peine 1 %.

Le sondage en ligne a été réalisé en mars auprès de 3000 Canadiens en âge de conduire.