/regional/estduquebec/cotenord

Un expert évaluera l'ampleur de la contamination par Alcoa

Agence QMI

La Cour supérieure du Québec a décidé de confier à un expert indépendant le soin de déterminer qui doit être dédommagé dans le cadre d’un recours collectif intenté contre Alcoa, pour une contamination aux hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP).

Ce recours est porté par le Regroupement des citoyens du quartier Saint-Georges de Baie-Comeau. Il souhaite que l'aluminerie les dédommage pour avoir contaminé leurs maisons au HAP, un composé volatil potentiellement cancérigène.

Le 8 avril dernier, le juge Carl Lachance de la Cour supérieure a statué qu'il nommera un expert indépendant dans le dossier. Cette mesure exceptionnelle est jugée nécessaire par le magistrat afin de régler le litige.

La personne choisie aura trois mandats à remplir, dont le premier est d'identifier le nombre de résidences contaminées sur les 704 que compte le quartier Saint-Georges, situé à proximité de l'aluminerie.

L'expert devra inspecter les résidences touchées pour en prélever des échantillons et les faire analyser. Il a aussi été précisé que dans son rapport, l'expert ne pourra se prononcer sur les risques de santé d'une exposition au HAP ni sur la nécessité de nettoyer les résidences.

Alcoa et le Regroupement des citoyens ont déjà soumis chacun une liste d'experts potentiels au tribunal.

Une rencontre se tiendra dans les prochaines semaines pour procéder à une nomination et fixer le délai de production du rapport. Les frais seront partagés également entre les deux parties.

En 2003, Alcoa avait dû restaurer les sols de 130 propriétés contaminées au HAP.

Le recours collectif contre Alcoa a été autorisé en 2007.

Le regroupement réclame que l'aluminerie verse 15 000 $ à chaque citoyen pour avoir contaminé les terrains et les maisons du quartier durant des décennies.