/finance/homepage

Larry Rosen parie 15 M$ sur Montréal

L’économie montréalaise se porte très bien, selon Larry Rosen, le patron de la chaîne Harry Rosen. Le marchand de vêtements et chaussures de luxe vient d’investir pas moins de 15 millions $ pour moderniser son magasin du centre-ville de Montréal.  

Le détaillant croit que la métropole québécoise profite grandement de l’affaiblissement du huard face au dollar américain car davantage de touristes traversent la frontière pour nous visiter. La ville héberge aussi des événements prisés, le Grand Prix, le Festival international de Jazz  de Montréal et le festival Juste pour rire, entre autres. 

«Montréal a vécu une renaissance depuis cinq ans. Comme c’est une ville prospère, et la plus internationale des villes canadiennes, nous avons décidé d’y établir un magasin vaisseau amiral», a commenté Larry Rosen, président et chef de la direction de l’entreprise.

L’homme d’affaires s’est arrêté dans les studios de TVA Nouvelles, mercredi, en marge de l’inauguration de son nouveau magasin montréalais.

L’établissement rénové occupe 33 000 pieds carrés, répartis sur deux étages, dans les Cours Mont-Royal, coin de Maisonneuve et Peel. La succursale rénovée est 70% plus grande que la précédente.

«Les Montréalais aiment la mode et le luxe», a commenté M. Rosen, précisant que la ville compte beaucoup d’habitants aisés, entrepreneurs, professionnels et athlètes.

La compétition est féroce dans le marché des produits de luxe. Plusieurs chaînes courtisent la clientèle huppée, dont Holt Renfrew, et des détaillants américains, comme Sax Fifth Avenue et Nordstrom qui prennent d’assaut le Canada.

Pour protéger ses parts de marché, Harry Rosen a décidé d’investir 100 millions $ dans son réseau de 17 magasins, dont 15 millions au centre-ville de Montréal, son plus gros investissement.

Deux nouvelles succursales pourraient aussi voir le jour, à Montréal et Vancouver, au cours des prochaines années.

En faveur des entreprises familiales

En entrevue, Larry Rosen a confié que l’entreprise fondée par son père, Harry Rosen, va demeurer familiale. Le dirigeant a trois enfants qui sont intéressés à prendre éventuellement la relève.

Le marchand a d’ailleurs livré un plaidoyer en faveur des entreprises familiales. Même s’il reconnaît que certains entrepreneurs, comme Jean-Pierre Léger de St-Hubert, n’ont pas le choix de vendre leur patrimoine, M. Rosen préfère le modèle familial qui perdure dans le temps.

«Quand vous êtes une entreprise familiale, vous prenez des décisions pour le long terme, pas pour le prochain trimestre», a dit Larry Rosen, soulignant  que dans une entreprise publique, transigée en Bourse, l’investissement qu’il vient de réaliser à Montréal aurait peut-être été rejeté.

Harry Rosen a été fondée à Toronto, en 1954. L’entreprise est présente à Montréal depuis 1983. 

Commentaires

Vous devez être connecté pour commenter. Se connecter

Bienvenue dans la section commentaires! Notre objectif est de créer un espace pour un discours réfléchi et productif. En publiant un commentaire, vous acceptez de vous conformer aux Conditions d'utilisation.