/news/politics

Cloutier en désaccord avec Ouellet sur le sort de Jacques Daoust

Régys Caron | Agence QMI

 - Agence QMI

POL-ALEXANDRE CLOUTIER

Simon Clark/Agence QMI

Alexandre Cloutier et Martine Ouellet ne logent pas à la même enseigne devant la controverse qui frappe le ministère des Transports. M. Cloutier ne demande rien de moins que la démission du ministre des Transports, Jacques Daoust.

«Sous ma gouverne, le ministre aurait été démis de ses fonctions», a déclaré mardi matin Alexandre Cloutier, au moment où les députés étaient de retour à l'Assemblée nationale.

Porte-parole de l'opposition officielle en matière d'éducation, Alexandre Cloutier a ainsi fait une incursion sur les platebandes de sa collègue Martine Ouellet, porte-parole du PQ sur les questions de transport.

Profitant du moment où sa collègue de Vachon était en commission parlementaire, le député de Lac-Saint-Jean a ainsi voulu marquer des points dans la course à la succession de Pierre Karl Péladeau.

Martine Ouellet est elle aussi pressentie pour être candidate à la chefferie du Parti québécois. Elle fera connaître ses intentions vendredi. L'usage parlementaire veut que les députés d'un même parti politique évitent d'empiéter sur les sujets d'intervention de leurs collègues.

Alexandre Cloutier a rappelé que l'ex-ministre des Transports, Robert Poëti, avait fait appel à une enquêteuse de l'UPAC, Annie Trudel, pour enquêter sur l'octroi de contrats au ministère des Transports, le plus important donneur d'ouvrage au Québec.

«On apprend qu'on lui a mis les bâtons dans les roues et que le ministre Daoust était informé de la situation. On se serait attendu à ce que le premier ministre le démette de ses fonctions [...] Alors que nous sortons de la commission Charbonneau, il y a une culture d'impunité au sein du gouvernement Couillard», a dénoncé M. Cloutier.

Dans la même catégorie