/news/politics

Couillard loin d’être impressionné par Uber

Marc-André Gagnon

 - Agence QMI

Uber

Simon Clark/Agence QMI

Le premier ministre Philippe Couillard est loin d’être impressionné par la dernière proposition faite à son gouvernement par Uber, qu’il invite à «innover davantage».

De passage en commission parlementaire, mardi, Uber a proposé au gouvernement de suspendre ses activités en échange d’un projet-pilote d’un an. Uber se dit maintenant prêt à payer les deux taxes de vente sur chaque course, mais refuse toujours de débourser un seul sou pour louer ou racheter des permis de taxi.

«Moi, je pense qu'Uber doit faire un effort supplémentaire. Ils disent qu'ils font de l'innovation, bien, je pense qu'ils doivent innover davantage dans la proposition qu'ils ont faite au gouvernement», a réagi le premier ministre Couillard, qui s’est levé en chambre pour répondre aux questions à ce sujet lancées par le chef caquiste, François Legault.

Don Quichotte contre les moulins à vent

Le chef du deuxième groupe d’opposition presse le premier ministre d’aller s’asseoir avec Uber pour discuter de sa proposition de projet-pilote.

«Le premier ministre joue à Don Quichotte contre les moulins à vent, a illustré M. Legault. Il se bat contre les nouvelles technologies. [...] Uber, c'est ce que les jeunes souhaitent, même les jeunes de son parti. [...] Le premier ministre ne peut pas toujours s'opposer à l'innovation. Il va y en avoir d'autres, Uber, d'autres Airbnb.»

«Airbnb, on l'a encadré, a rétorqué M. Couillard. Pourquoi on n'est pas capable d'encadrer Uber? La question est peut-être à retourner à l'entreprise plutôt qu'au gouvernement.»

Dans la même catégorie