/news/society

Des ateliers d'éducation sexuelle à partir du préscolaire

L’éducation de la sexualité du préscolaire jusqu’à la fin du secondaire, c’est l’essence d’un projet pilote mis en place par le ministère de l’Éducation en septembre dernier. Quatre des quinze écoles sélectionnées au Québec sont dans la MRC de Rivière-du-Loup.

Les jeunes de 3e année de l’École des Vieux-Moulins ont assisté mardi matin à l’un des ateliers d’éducation à la sexualité. «Ce n’est pas une plage horaire dans un cours fixe. Ce sont des apprentissages que les enseignants intègrent dans leurs cours», explique la sexologue de la Commission scolaire Kamouraska-Rivière-du-Loup, Annick Kerschbaumer.

Ces apprentissages sont fournis par le ministère et sont dispensés par l’enseignant, l’infirmière ou le sexologue. Mais, à l’âge préscolaire, est-ce trop tôt pour être éduqué à la sexualité?

Annick Kerschbaumer précise que les sujets sont traités graduellement selon le développement de l’enfant. «Pour que le jeune justement arrive avec un bagage qui fait en sorte que rendu en secondaire 2 ou 3, quand on parle plus concrètement de sexualité, pour l’élève ça va faire partie d’un contexte», assure-t-elle.

Durant l’atelier, les jeunes se sont montrés intéressés et ouverts à la question. La direction dit remarquer que les élèves ont maintenant beaucoup plus de respect entre eux. Ils sont aussi plus à l’aise de parler de leurs problèmes.

«Au niveau de l’acceptation des différences des garçons et des filles, au niveau du développement des enfants et apprendre à se connaître», se réjouit la directrice de l'établissement, Édith Michaud.

«Il y a eu des élèves transgenres dans notre commission scolaire qui ont été intégrés facilement à cause de ça », ajoute Mme Kerschbaumer.

Le projet pilote s’échelonnera sur une période de deux ans. Après, s’il se montre concluant, des ateliers d’éducation à la sexualité seront mis en place dans l’ensemble des écoles du Québec.