/news/politics

L'opposition accuse Daoust d'avoir menti au sujet de RONA

Régys Caron | Agence QMI

Contrairement à ce qu'a affirmé le ministre Jacques Daoust, le gouvernement Couillard a autorisé Investissement Québec à vendre les actions que la société d'État détenait dans la chaîne RONA, révèle la Vérificatrice générale du Québec dans un rapport déposé ce matin.

«Les membres du conseil d'administration d'IQ ne considéraient pas avoir la latitude pour autoriser la vente sans avoir consulté le gouvernement (...) Selon les procès verbaux du conseil d'administration, ils ont obtenu en décembre 2014 l'accord du ministre avant de vendre la totalité des actions», écrit la Vérificatrice Guylaine Leclerc dans son rapport rendu public à l'Assemblée nationale.

Cette information semble contredire une déclaration de l'ex-ministre de l'Économie, Jacques Daoust, qui en février déclarait que le gouvernement n'avait pas été informé de la vente des actions d'Investissement Québec dans RONA. «Non, non, non. C'est ça que je vous dis. Ce sont les fonds propres d'Investissement Québec. C'est le conseil d'administration qui juge pertinent de le faire de cette façon-là», avait déclaré M. Daoust qui fut président directeur général d'IQ, avant de se lancer en politique.

M. Daoust répondait à un journaliste qui lui demandait s'il avait été informé de la vente des actions d'IQ.

En vendant les 10,1 millions d'actions qu'elle possédait dans RONA, Investissement Québec enlevait au gouvernement toute possibilité de bloquer l'achat de la chaîne de quincaillers québécoise par la compagnie américaine Lowe's. Cette transaction a maintenant été complétée.

Au Salon bleu, la Coalition Avenir Québec s'est emparé de cette question et demandé au ministre Jacques Daoust s'il avait menti aux journalistes et à l'Assemblée nationale. «M. Daoust a menti aux journalistes, aux parlementaires et aux Québécois, il doit démissionner», a soutenu le député François Bonnardel, quelques minutes plus tard, en point de presse.

Jacques Daoust a répondu qu'il entendait prendre connaissance du rapport de la VG avant de commenter.

«Il est mieux d'avoir de très très bonnes explications; à sa face même, M. Daoust a menti», a commenté le député péquiste Bernard Drainville qui venait de lui aussi de démontrer que Jacques Daoust avait soutenu, dans une entrevue avec Paul Arcand, n'avoir pas été informé de la vente des actions d'IQ dans RONA. «Non seulement il en a été informé, il l'a autorisée», a ajouté M. Drainville.

Investissement Québec a déjà expliqué, en février, qu'elle avait entrepris la vente de ses actions dans RONA en décembre 2013, alors que le Parti québécois était au gouvernement. Ces actions ont été vendues en 10 blocs jusqu'en février 2015.

Dans la même catégorie